/finance/homepage

Les 25 meilleurs emplois commentés (Partie 1)

TVA Nouvelles

N.D.L.R. Histoire de donner de la vie à notre dossier, on a demandé à des artisans des 25 meilleurs emplois du Québec de commenter leur situation.

No 1 : Dentiste

Nom : Viken Amassian, 27 ans

√ Dentiste depuis 2004 à la Clinique de santé dentaire Tremblay, à Pierrefonds.

Salaire annuel : de 65 000 $ à 400 000 $

« Il faut avoir un fort caractère pour faire ce job et il faut que, en sortant de notre cabinet, les patients soient toujours contents. »

Avantage : la relation d’aide

Inconvénient : l’appréhension des patients

Note : 88,7 %

No 2 : Gestionnaire multimédia

Nom : Alexandre Parizeau, 31 ans

√ Producteur de jeux vidéo chez Ubisoft depuis sept ans.

Salaire annuel : de 48 000 $ à 75 000 $

« C’est un métier fascinant où on touche à tout. C’est toujours en effervescence et d’un projet à l’autre, l’évolution est gigantesque. Chaque fois que je produis un jeu, il est 100 fois plus intéressant que le précédent. C’est un privilège de travailler dans ce domaine. »

Avantage : la créativité.

Inconvénient : la pression de gérer de gros budgets

Note : 88,7 %

No 3 : Concepteur idéateur de jeux interactifs

Nom : Jean-François Dugas, 36 ans

√ Concepteur de jeux chez Eidos Montréal depuis un an. Plus de dix années de métier dans l’industrie.

Salaire annuel : de 48 000 à 400 000 $

« Le jeu est une passion depuis mon enfance. C’est un métier qui n’est pas passif. Il faut surprendre les joueurs et savoir travailler en équipe. Mon conseil aux jeunes passionnés : n’écoutez pas vos parents quand ils vous disent que vous perdez votre temps à jouer aux jeux vidéo ! »

Avantage : la possibilité de voir ses idées prendre forme dans un jeu

Inconvénient : la pression financière

Note : 84,9 %

No 4 : Pharmacienne

Nom : Julie Dansereau, 31 ans

√ Pharmacienne depuis huit ans. Copropriétaire de quatre Jean Coutu sur le Plateau Mont-Royal.

Salaire annuel : de 38 000 à 75 000$

« C’est un métier méconnu. J’aime pouvoir travailler en science tout en ayant des contacts avec les gens. C’est une profession de relation d’aide très valorisante. »

Avantage : la satisfaction d’aider les gens

Inconvénient : les horaires de travail

Note : 84,9 %

No 5 : Directrice des services aux étudiants

Nom : Francine Duquette, 54 ans

√ Travaille au cégep Marie-Victorin. Compte 25 années de carrière dans le milieu de l’enseignement, toujours au service des élèves.

Salaire annuel : de 55 000 $ à 99 000 $

« C’est un travail qui est très varié, où la clientèle évolue sans cesse. C’est aussi un travail d’équipe où il y a beaucoup d’autonomie. Nous sommes comme le prolongement de la famille dans certains cas, ce qui est extrêmement valorisant. »

Avantage : la relation d’aide

Inconvénient : le manque de ressources

Note : 81,1 %

No 6 : Fiscaliste

Nom : Yves Coallier, la trentaine

√ Fiscaliste depuis près de dix ans, spécialiste en fiscalité internationale. Dirige sa société-conseil attachée au cabinet de fiscalité Gallant & Associés.

Salaire annuel : de 43 000 $ à 100 000 $

« C’est une profession qui évolue constamment et qui présente toujours de nouveaux défis. Elle permet de combiner le droit et la finance, mes deux passions. C’est un travail qui offre beaucoup d’autonomie et de créativité mais qui est aussi très exigeant en termes de responsabilités. »

Avantage : profession en constate évolution

Inconvénient : beaucoup d’heures de travail

Note : 81,1 %

No 7 : Représentante pharmaceutique

Nom : Brigitte Taillefer, 36 ans

√ Représentante chez Pfizer depuis sept ans. Compte 10 années de métier.

Salaire annuel : de 43 000 $ à 100 000 $

« J’aime avoir un impact positif sur la vie des patients, même si je ne les rencontre pas. Il n’y a rien de plus valorisant que lorsqu’un médecin me dit qu’un de ses patients a été soulagé grâce à un médicament que je lui ai référé. »

Avantage : la valorisation et le côté scientifique intéressant

Inconvénient : l’aspect administratif

No 8 : Directrice d’institution financière

Nom : Danielle Hénault, 52 ans

√ Directrice générale de la Caisse populaire Desjardins Mont-Rose-Saint-Michel. En 33 années de métier, elle a touché à tous les échelons dans le Mouvement Desjardins.

Salaire annuel : de 59 000 $ à 125 000 $

« Ce que j’aime de mon métier, c’est la variété. On fait du développement des affaires, de la gestion, des finances personnelles pour nos membres. Nous sommes impliqués dans notre milieu. Cela exige beaucoup de responsabilités et j’aime ça. »

Avantage : la variété du travail

Inconvénient : beaucoup de responsabilités

Note : 79,2 %

No 9 : Publicitaire

Nom : Jean-François Bernier, 38 ans

√ Fondateur de l’Agence Alfred il y a cinq ans. Compte 16 années de métier dans l’industrie. Concepteur de la fameuse publicité de Famili-Prix « Ah, Ah ! » et de celle des clubs vidéo Vidéotron «… des tonnes de copies ! »

Salaire annuel : de 48 000 $ à 75 000 $

« Ce qui est intéressant dans mon métier, c’est qu’on doit réinventer le langage de la publicité continuellement. Il faut donc être audacieux et créatif. C’est un métier qui implique beaucoup de pression et qui s’apprend sur le tas. »

Avantage : la combinaison de la créativité et de la stratégie

Inconvénient : la pression des clients

Note : 79,2 %

No 10 : Ingénieur en logiciel

Nom : Martin Ruel, 30 ans

√ Ingénieur en logiciel depuis huit ans, chef programmeur chez Elecronic Arts, à Montréal.

Salaire annuel : de 33 000 $ à 85 000 $

« En ingénierie, il y a tellement de défis que tu ne peux pas en manquer. Et quand tu réussis, la satisfaction personnelle est très grande. C’est un milieu super-dynamique. »

Avantage : des défis continuels

Désavantage : la pression des échéances

Note : 79,2 %

No 11 : Gestionnaire en sécurité incendie

Nom : Marco Cournoyer, 42 ans

√ Technicien et mécanicien en protection contre l’incendie. Fondateur, en 1988, de Protection Incendie MCI.

« J’ai la passion de protéger les gens et les biens. Le métier est très valorisant et pour le faire, il faut être passionné car les normes de sécurité changent constamment et il faut être à la fine point de tout ce qui se passe dans l’industrie. »

Avantage : la valorisation liée à l’amélioration de la sécurité des gens

Inconvénient : en sécurité, pas de droit à l’erreur

Note : 77,4 %

No 12 : Avocate

Nom : Lida Nouraie, 26 ans

√ Avocate criminaliste à son compte depuis 2006.

Salaire annuel : de 38 000 $ à 400 000 $

« Je voulais être avocate de la défense depuis mon enfance. Il faut être très créatif quand on pratique ce droit. En outre, je pense qu’il est fondamental de donner une voix à ceux qui ont besoin d’aide quand ils font face à la justice.

» Avantage : la créativité

Inconvénient : la pression

Note : 77,4 %