/finance/homepage

Des véhicules alimentés à l'hydrogène à l'aéroport Trudeau

TVA Nouvelles

Lia Lévesque
LA PRESSE CANADIENNE

MONTREAL -- Québec, Ottawa et Aéroports de Montréal lancent un projet pilote de véhicules à l'hydrogène.

En fait, deux aéroports au pays participeront à l'expérience de faire rouler plusieurs véhicules à l'hydrogène, dont l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal. L'autre aéroport participant sera connu ultérieurement.

Au total, ce sont 14 millions $ qui seront investis pour ces projets, dont 11 millions $ sur trois ans à Dorval (Montréal). Le gouvernement fédéral injecte 2,5 millions $ dans le projet et Québec 2,4 millions $.

Le premier ministre du Québec Jean Charest s'est déplacé pour cette annonce, lundi à l'aéroport, y voyant un symbole de la lutte contre les changements climatiques, parce que l'hydrogène n'émet pas de gaz à effet de serre.

Le projet, dirigé par la société Air Liquide, durera du printemps 2010 jusqu'en mars 2011.

Durant ce laps de temps, divers types de véhicules de l'aéroport seront convertis à l'hydrogène, comme des chariots élévateurs, des camionnettes, des voitures pour passagers, des navettes et des véhicules commerciaux.

Si le projet a du succès, il pourrait être étendu.

Le premier ministre Charest n'a pas exclu que la technologie de l'hydrogène soit un jour appliquée à la flotte de véhicules du gouvernement. «Ca demeure une question ouverte. C'est une technologie qui n'a pas connu beaucoup d'applications encore au niveau du transport, pas au Québec. Donc on va faire un premier test ici et nous, on est très ouverts à ces questions-là», a-t-il commenté.

La documentation remise lors de l'annonce du projet explique que l'hydrogène est utilisé dans une pile à combustible et, lorsqu'il entre en contact avec l'oxygène contenu dans l'air, il produit de l'électricité pour alimenter le véhicule.