/news/homepage

Une femme mène une croisade pour faire changer l’assurance emploi

LCN

Une femme mène une croisade pour faire changer certaines règles de l’assurance emploi.

Marie-Hélène Dubé, en rémission d’un cancer, prend les devants et refuse de s'apitoyer sur son sort. Dans le cadre de l’émission Mongrain, elle a dénoncé le fait que le programme canadien d’assurance emploi ne répond pas aux besoins des personnes qui ne sont pas au travail pour cause de maladie.

Elle est l’instigatrice d’une pétition qu’elle entend déposer à la Chambre des communes. Quelque 10 000 signatures ont été recueillies jusqu’à ce jour.

À l’heure actuelle, les personnes qui sont trop malades pour travailler peuvent bénéficier de prestations d’assurance emploi. Or, elles n’ont droit qu’à 15 semaines, tandis que les Canadiens qui ont perdu leur emploi peuvent recevoir jusqu’à 42 semaines de prestations, s’insurge Mme Dubé.

Par ailleurs, Mme Dubé s’explique mal pourquoi les sommes versées pour les prestations d’assurance maladie sont moindres que celles pour l’assurance emploi.

Elle souhaite que tous les Canadiens qui ne bénéficient d’aucune protection puissent recevoir davantage de prestations. «Ce qui est important, c’est que ce soit selon l’opinion du médecin, a-t-elle dit, parce que chaque cas est différent.»

À Ottawa, un projet de loi pour assouplir les règles est sur la table. Le député bloquiste de Chambly-Borduas et critique en matière d’assurance emploi, Yves Lessard, juge que les dispositions actuelles sont discriminatoires, en particulier pour les femmes, puisqu’une majorité d’entre elles occupent des emplois atypiques.