/news/homepage

Vivre avec le cancer... et des difficultés financières

TVA Nouvelles

Les patients atteints du cancer ne sont pas seulement confrontés à la maladie: ils doivent souvent faire face à des difficultés financières.

C’est que les prestations d’assurance-emploi pour les gens malades ne couvrent que 15 semaines.

Cette mesure serait insuffisante, selon Marie-Hélène Dubé, une mère de famille qui se bat contre un cancer de la thyroïde. «Nous avons quatre enfants à la maison… J’ai des amis qui m’ont aidée, qui ont fait des soupers-bénéfice», explique celle qui a dû quitter son emploi pour soigner sa maladie.

Au Québec, seul un travailleur sur trois est couvert par une assurance collective en cas d’invalidité à long terme. «Si je suis professeur au cégep, avoir le cancer, c’est grave, mais c’est moins douloureux que si je suis un menuisier-ébéniste à mon compte, explique l’économiste Pierre Boucher. Parce qu’au cégep, je vais m’en aller en congé de façon indéterminée à 90 pour cent de mon salaire.

Depuis quelques mois, Marie-Hélène Dubé fait circuler une pétition pour demander au gouvernement fédéral d'augmenter le nombre de semaines de prestations pour les gens malades de 15 à 45. «Souvent, soigner un cancer ou une autre maladie grave, ça va prendre une année facilement», indique-t-elle.