/news/homepage

L’OCPM rejette le corridor Dalhousie

TVA Nouvelles

L’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) désapprouve le projet de réaménagement de l’autoroute Bonaventure de la Société du Havre de Montréal (SHM), qu’il juge trop coûteux et complexe.

L’organisme propose une version plus simple qui éliminerait le controversé corridor Dalhousie, réservé aux autobus.

Dans un mémoire rendu public mercredi qui s’appuie sur les consultations publiques de la fin 2009, l’OCPM propose la construction d’un seul boulevard urbain sans ilots centraux, ce qui limiterait le recours à d’éventuels promoteurs immobiliers.

«Le volet immobilier de l'avant-projet a été questionné pendant les consultations. Plusieurs témoignages reçus ont fait ressortir le peu de demande, à Montréal, pour des nouveaux projets de type centre-ville», peut-on y lire.

«L'absence de promoteurs pour le projet Bonaventure a été remarquée. Plusieurs craignent que les nouveaux îlots créés restent vacants longtemps », ajoute l’OCPM.

Quant aux voies de transport en commun, elles seraient intégrées dans l’emprise du grand boulevard plutôt que dans le corridor Dalhousie.

«La consultation publique a permis de mettre en évidence qu'il existe d'autres options pour atteindre les objectifs de la société, dans des versions moins complexes du concept d'aménagement, à moindre coût et résultant en un projet tout aussi emballant», concluent les auteurs du rapport.

La commission de l’OCPM a reçu 59 mémoires et accueilli plus de 700 participants lors des audiences publiques sur le projet.

L’opposition applaudit

L’annonce du rejet du corridor Dalhousie a réjoui l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal.

«C'est une victoire du bon sens», a déclaré Louise Harel par voie de communiqué. Mme Harel indique que l’OCMP a bien agi en tenant compte notamment des recommandations portant sur les voies réservées pour autobus et l'implantation d'un train de banlieue dans l'axe du pont Victoria.

Il revient maintenant au maire de Montréal de «donner suite» aux recommandations du mémoire de l’organisme, soutient Louise Harel. «Les Montréalais sont en droit de pouvoir bénéficier d'un projet structurant et innovateur, qui intègre harmonieusement le milieu urbain et les quartiers résidentiels limitrophes, surtout Griffintown», conclut-elle.

(D’après QMI)