/news/homepage

La ministre Dominique Vien dans l'embarras

TVA Nouvelles

La ministre québécoise des Services gouvernementaux, Dominique Vien, se retrouve dans ses petits souliers à la suite d'allégations de son propre cousin.

En 2003 et 2004, ce cousin, Daniel Vien, aurait contacté trois fois le bureau de comté de Dominique Vien, dans Bellechasse, pour obtenir de l'aide à son titre de président d'un club nautique. Or, à chaque fois, un membre du personnel polique de madame Vien l'aurait invité à participer à une activité de financement du Parti libéral.

À l'Assemblée nationale, l'opposition officielle a évidemment fait ses choux gras de l'affaire, citant le cousin, qui se demande ce que doivent être les demandes du Parti libéral pour l'octroi d'un contrat d'informatique ou de construction de route, lorsqu'on demande à simple citoyen de cotiser au parti pour régler un problème mineur dans le fond d'un rang.

Là-dessus, la ministre Vien répond qu'elle ne peut pas nier les allégations de son cousin, puisqu'elle n'était pas au courant des incidents. Sur un ton ferme, cependant, elle ajoute que la consigne est connue et claire dans son bureau de comté : le militantisme est une chose et le travail de députée en est une autre. Conséquemment, ajoute-t-elle, elle est la députée de tous les citoyens de Bellechasse et, quelle que soit son allégeance politique et qu'il soit, ou non, donnateur du parti, chacun doit donc être traité avec égard.

(TVA Nouvelles)