/news/homepage

Poursuite contre le SPVM

TVA Nouvelles

Les policiers de Toronto ne seront pas les seuls à devoir composer avec les poursuites judiciaires entourant le sommet du G20: des recours judiciaires viennent également d’être entamés contre le SPVM.

Deux sœurs jumelles québécoises, Maryse et Jacynthe Poisson, 21 ans, sont à l’origine de la poursuite.

Elles ont toutes deux été arrêtées le matin du 27 juin dans un gymnase de l’Université de Toronto. Elles sont restées derrière les barreaux pendant soixante heures.

Les deux jeunes femmes reprochent aux policiers montréalais, qui étaient à Toronto pour prêter main-forte aux agents de la GRC, d'avoir participé aux conditions inhumaines de leur détention. Plus tôt cet été, Maryse Poisson avait affirmé avoir subi «de la torture psychologique» lors de son emprisonnement.

«Nous avons été arrêtés de manière illégale, sans mandat, avait-elle déclaré il y a quelques jours. Les policiers sont entrés dans le gymnase pendant que nous dormions avec des fusils antiémeutes en criant de ne pas bouger "sinon je te tire dessus". Ils étaient très agressifs envers nous.»

Elles réclament 80 000$ chacun en dommages et intérêts.

D’autres Québécois qui ont été arrêtés lors du sommet pourraient s’ajouter à la poursuite.

(TVA Nouvelles)