/news/homepage

Les Québécois croient Marc Bellemare

TVA Nouvelles

La commission Bastarache, c’est d’abord la parole de Marc Bellemare contre celle de Jean Charest. Qui dit vrai? Un nouveau sondage QMI démontre que les Québécois penchent massivement du côté de l’ancien ministre.

Le coup de sonde a été réalisé mercredi par Léger Marketing, au lendemain du premier jour du témoignage de Marc Bellemare. L’ancien ministre de la Justice a alors affirmé que Jean Charest lui a ordonné de céder aux pressions d’un collecteur de fonds du Parti libéral dans la nomination de trois juges. Le premier ministre a catégoriquement nié avoir tenu de tels propos.

Quand on demande aux Québécois qui, selon eux, dit vrai, 69% croient que Marc Bellemare dit la vérité, contre 13% qui croient que c’est plutôt Jean Charest.

Les francophones sont encore plus nombreux à pencher du côté de l’ancien ministre: 77%, contre 9% seulement pour Jean Charest.

Chez les non-francophones, l’écart se rétrécit, mais Marc Bellemare domine tout de même avec 40% contre 27% pour le premier ministre.

Peu surpris mais intéressés

Clairement, la majorité des Québécois ne sont pas étonnés des révélations de l’ancien ministre de la Justice.

Les répondants au sondage devaient choisir lequel de trois énoncés reflétait le mieux leur opinion sur les allégations de Marc Bellemare.

Le sondage révèle ainsi que pour 62% des Québécois, ses allégations ne font que confirmer ce qu’ils pensaient à l’égard du processus de nomination des juges.

Par contre, 23% des répondants ont été surpris des allégations de Me Bellemare sur le processus de nomination des juges et pensaient ce processus à l’abri d’influences politiques.

Finalement, 9% considèrent que Me Bellemare exagère et que le processus de nomination des juges est à l’abri d’influences politiques indues.

Malgré tout, les Québécois affirment dans une proportion de 53% que leur perception du système de justice est restée la même, contre 41% qui estiment qu’elle s’est détériorée. Seuls 2% des répondants ont indiqué entretenir une meilleure opinion du système judiciaire.

Après deux jours de témoignages et avant même que Me Bellemare ne soit contre-interrogé par les avocats du premier ministre et du gouvernement, il semble que le public est captivé.

À la question «Avez-vous suivi les travaux de la commission Bastarache au cours des derniers jours», une très forte proportion des répondants (79%) ont dit oui, contre 21% qui répondent par la négative.

Démission

Le sondage Léger Marketing mené pour le compte de QMI reflète aussi l’insatisfaction des Québécois dans la façon dont le premier ministre a géré l’affaire Bellemare.

Pour près de deux Québécois sur trois (64%), le verdict est clair : Jean Charest doit remettre sa démission. Plus du quart (26%) des répondants estiment pour leur part qu’il doit rester en poste.

La présente étude a été réalisée par Internet le 25 août 2010 auprès de 1 020 personnes représentatives de la population du Québec.

Les données finales du sondage ont été pondérées selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité, la composition du foyer (avec ou sans enfant) et la région, de façon à garantir un échantillon représentatif de la population québécoise. (TVA Nouvelles)