/news/homepage

Les vétérans canadiens manifestent à Ottawa

TVA Nouvelles


Des manifestants se sont rassemblés devant le parlement d’Ottawa et dans plusieurs villes du pays afin de protester contre la nouvelle Charte des vétérans qui, selon eux, ne soutient pas suffisamment les anciens combattants et ne tient pas compte de leurs besoins.

Sur la colline parlementaire, les quelque 200 manifestants ont crié à la «honte», et des orateurs ont exigé un traitement équitable de la part du ministère des Anciens combattants.

Le fardeau de la preuve incombe toujours aux vétérans lorsqu’ils demandent une compensation pour blessures ou maladie, selon Perry Gray, un ancien combattant qui a servi en Bosnie et en Haïti. «Ils nous traitent comme des fraudeurs. J’ai été témoin de situations insupportables», a-t-il affirmé.

Sous l’ancienne charte, les vétérans recevaient des prestations mensuelles pour toute la vie. Les dispositions de la nouvelle charte, mise en vigueur en 2005, prévoient le versement d’un seul montant.

«Un gars reçoit, disons, 250 000 $ pour la perte de ses deux jambes, a expliqué Carl Cowden, un manifestant installé devant le bureau du député Dave McKenzie à Tillsonburg, en Ontario. Il s’achète une maison, une voiture, et tout l’argent est flambé. Il est à sec, et [le ministère des Anciens combattants] ne veut plus rien savoir de lui. L’ancien système était meilleur: tu recevais une pension mensuelle et une prestation pour invalidité.»

Ce vétéran a précisé que la journée de protestation visait spécifiquement à améliorer le sort des jeunes soldats. «Nous, les plus vieux, on s’en est tiré pas si mal, selon Carl Cowden. À la fin d’une guerre, on obtenait un montant forfaitaire, et notre crédit était rétabli. On pouvait profiter de la Loi sur les terres destinées aux anciens combattants, on recevait des bourses d’études pour l’université ou des écoles de formation professionnelle.»

Bill Zroback, un autre vétéran, se trouvait parmi la douzaine de protestataires rassemblés à Kenora, dans le Nord de l’Ontario. «Ça m’inquiète, cette nouvelle charte. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fait ce changement.»

Son fils Dave, qui a servi durant la Guerre froide, n’en revenait pas de voir de jeunes vétérans encaisser d’un coup leur gros chèque. «Je n’ai pas de mots pour le décrire. Ça me dégoûte», a-t-il dit.

En plus d’exiger le retrait de ce système de versement unique, les vétérans veulent une augmentation des allocations pour troubles de stress post-traumatique et une indemnité pour les soldats exposés aux substances chimiques et nucléaires. Ils ont aussi fait circuler une pétition afin d'obtenir la nomination d'un ombudsman indépendant.

Dans un communiqué émis samedi, le ministre des Anciens combattants Jean-Pierre Blackburn a rappelé que son gouvernement a mis de l’avant de nouvelles mesures totalisant plus de 2 milliards $ depuis deux mois pour aider les vétérans les plus atteints.

«Grâce à nos récentes annonces, nos vétérans les plus gravement blessés recevront au moins 58 000 $ par année. Nous avons corrigé nos critères d'éligibilité qui étaient trop restrictifs», a précisé le ministre.

M. Blackburn a affirmé avoir pris bonne note des demandes des vétérans qui ont manifesté samedi, et que le gouvernement travaillera entre autres à réduire les délais d’attente et la bureaucratie.

(Agence QMI)