/news/homepage

Expulsée pour avoir allaité

TVA Nouvelles

Allaiter son enfant est, pour certains, un geste tout ce qu'il y a de plus naturel. Pourtant, une femme qui allaitait dans un magasin pour enfants, à Montréal, s'est vu montrer la porte.

Chez Orchestra, un magasin pour enfants du centre-ville de Montréal, une mère peut acheter des vêtements pour son poupon, mais elle ne peut l'allaiter sur place. C'est l'expérience qu'a vécue, le 5 janvier dernier, Shannon Smith, une mère de trois enfants, quand elle a voulu allaiter son bébé de cinq mois dans une zone semi-privée destinée aux enfants.

«La plupart des acheteurs sont des mères, et la plupart des mères allaitent. Alors, bon, c'est pas nécessairement très fort en termes de stratégie de commerce, mais, bon...», soupire Mme Smith.

Cette nouvelle, qui est reprise dans plusieurs journaux du pays et qui fait réagir sur les réseaux sociaux, a soulevé l'ire de nombreuses mères. Elles organisent, pour le 19 janvier prochain, à 13h, un allaitement collectif dans la boutique concernée, propriété d'une multinationale française. En vertu des chartes des droits canadienne et québécoise, le droit d'allaiter en public est protégé.

Jusqu'ici, l'entreprise a refusé de commenter cette affaire. Par le billet d'une lettre à Montréal et au siège social en France, Shannon Smith exige des excuses.

«Qu'ils mettent en place une politique écrite et officielle qui respecte les lois canadienne et québécoise, et qui permet, bien sûr, à toutes les femmes d'allaiter sur toute la superficie de leurs magasins.», réclame la plaignante.