/news/world

La population est invitée à rester calfeutrée

TVA Nouvelles

Les autorités japonaises ont appelé la population qui vit dans un rayon de 30 km autour de Fukushima à se calfeutrer chez elle.

Tokyo vient d'émettre un avis selon lequel le niveau de radioactivité sur le site de la centrale présenterait un risque pour la santé. Jusqu'à 400 millisieverts ont été détectés près du réacteur 3, le niveau le plus élevé observé dans ce secteur.

D'après les observations médicales, lorsque le corps reçoit une dose de 100 millisieverts ou plus, il y a augmentation du nombre de cancers. Le grand public ne devrait normalement pas est exposé à plus d'un millisievert par année.

Le niveau de radioactivité de la ville de Tokyo, qui compte 12 millions d'habitants et qui se situe à 250 km de la centrale Fukushima, serait lui aussi supérieur à la normale. C'est ce qu'a annoncé la municipalité, en précisant qu'à ce degré, il ne pouvait pas affecter la santé humaine.

Ces déclarations ont été faites peu après qu'un incendie se soitt déclaré dans le réacteur 4 de la centrale Fukushima 1. Le niveau de radiations aurait «considérablement augmenté».


La centrale nucléaire Fukushima Daiichi (Crédit photo: AFP)

Les malheurs se suivent

Les incidents touchant Fukushima-Daiichi se multiplient, depuis vendredi, alors que la centrale a été endommagée par le séisme et le tsunami qui ont frappé le nord-est du Japon vendredi.

Plus tôt, mardi matin, une explosion s'est produite dans le réacteur numéro 2 de cette centrale nucléaire.

Le gouvernement a indiqué que la déflagration, entendue peu après 6h (heure locale - 17h, heure normale de l'Est), a endommagé le caisson de confinement du réacteur de la centrale en proie à une série de problèmes avec son système de refroidissement depuis plusieurs heures.

L'importante diminution du niveau d'eau dans le réacteur rend difficile le refroidissement des barres de combustible. L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), envisageait des opérations d'injection d'eau de mer pour refroidir les barres de combustible afin d'éviter qu'elles ne fusionnent. Une telle éventualité endommagerait le cœur du réacteur, ce qui provoquerait une fuite radioactive.

Il s'agit des premiers dommages subis par une enceinte de confinement d'un des réacteurs de la centrale Fukushima-Daiichi.

Deux autres réacteurs de cette centrale ont connu des problèmes de refroidissement ayant entraîné une explosion et une destruction partielle ou totale du bâtiment entourant l'enceinte de confinement, mais le caisson des réacteurs 1 et 3 n'ont subi aucun dommage, selon les autorités.

Avant ces nouveaux événements, Tokyo s'était fait rassurant, lundi, excluant la possibilité d'une catastrophe semblable à celle tristement célèbre de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986.

Dans la même catégorie