/news/homepage

Étudiants et retraités écopent

TVA Nouvelles

 

Le gouvernement Charest va continuer de puiser dans les poches des contribuables sans respecter ses cibles de contrôle de dépenses.

 

Après un budget matraque en 2010-2011, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a annoncé jeudi de nouvelles mesures qui toucheront les Québécois dans leur quotidien.

Les frais de scolarité feront un bond significatif de 325 $ par année à compter de l'automne 2012 et les cotisations au Régime des rentes du Québec seront augmentées de 0,15 % annuellement dès le premier janvier.

En clair, le rehaussement des cotisations au régime représente 50 cents supplémentaires qui seront prélevés sur chaque paie des travailleurs gagnant un salaire de 40 000 $.

Tableau du budget

«Les étudiants feront leur juste part et la hausse à la RRQ, ce n'est pas une taxe, c'est une contribution à notre régime de retraite», s'est défendu le ministre des Finances, Raymond Bachand.

Cela s'ajoute toutefois aux hausses de tarifs tous azimuts annoncées l'an dernier, visant l'essence, la taxe de vente et la nouvelle contribution santé, qui frappent actuellement les Québécois de plein fouet.

Hausse des dépenses

Pendant ce temps, le gouvernement modifie son objectif de réduction des dépenses.
L'an dernier, Québec planifiait une hausse des dépenses de 2,8 % pour 2011-2012, qui est maintenant fixée à 3,7 %.

Le ministre Bachand soutient malgré tout qu'il livre la marchandise.

«Pour le contrôle des dépenses, c'est mission accomplie et même plus», a-t-il avancé, brandissant pour sa part un chiffre de 2,2 %, qui ne tient pas compte des dépenses de trois fonds spéciaux liés aux transports, au financement des établissements de santé et à l'administration fiscale.

Au total, les dépenses de l'État s'élèveront à 84 milliards $ et le déficit atteindra cette année 3,8 milliards $.

Comme à l'habitude, ce sont les ministères de la Santé (5 %) et de l'Éducation (2,2 %) qui bénéficient de crédits supplémentaires, alors que les budgets des autres seront plus ou moins gelés, à l'exception du ministère de la Famille (6 %).

Promesse non tenue

Le ministre Bachand a par ailleurs annoncé le développement des 15 000 nouvelles places en garderie à contribution réduite promises lors de l'élection de décembre 2008.

Toutefois, le gouvernement a choisi de reporter la création des places de 2013 à 2016, alors que les libéraux avaient pourtant promis de les livrer au cours de leur mandat, qui prendra fin en 2015.

«Avez-vous remarqué qu'on a vécu la pire récession ces dernières années», a répliqué le ministre Bachand, affirmant que le gouvernement «respecte ses engagements, mais les étale sur une plus longue période».

Pour atteindre l'équilibre budgétaire en 2013-2014, le gouvernement Charest dit «maintenir le cap», mais compte beaucoup sur les fruits d'une intense lutte à l'évasion fiscale pour arriver à rattraper un gouffre de plus de 12 milliards $.

Ainsi, après avoir réussi le tour de force de récupérer 320 millions $ l'an dernier, Québec rehausse l'objectif de 150 millions $ cette année et de 200 millions $ par la suite.

Le ministre Bachand prévient que des interventions «dans de nouveaux secteurs» seront menées, afin de récolter 1,4 milliard $ à terme en 2013-2014.

Dette en hausse

La dette du Québec poursuit sa croissance fulgurante et augmente d'une dizaine de milliards $ par année.

La dette brute est passée de 163 milliards à 173 milliards en 2010-2011 et atteindra 183 milliards $ à la fin de l'année 2011-2012.

Elle est gonflée par les déficits annuels enregistrés depuis 2009-2010 ainsi que par les investissements en immobilisation.

La dette du secteur public, qui inclut notamment les manques à gagner des universités, des municipalités et d'Hydro-Québec, a atteint en 2011 234 milliards $.

Dans la même catégorie