/news/homepage

Ils refilaient la note aux contribuables

TVA Nouvelles

Deux élus montréalais ont été rappelés à l'ordre par Québec parce qu'ils refilaient une partie de leurs dépenses aux contribuables.

C'est Michael Labelle, un ancien candidat du parti Projet Montréal, qui a mis au jour cette affaire grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

M. Labelle a mis la main sur des centaines de pages dans lesquelles apparaissent les factures de restaurants et d'appels interurbains de la mairesse de Pierrefonds-Roxboro, Monique Worth, et du conseiller municipal, Bertrand Ward.

Les deux élus ont demandé à la Ville de régler la note alors qu'ils auraient dû assumer ces frais en utilisant leur allocation non imposable de 15 000 dollars par année.

Des repas bien arrosés

Michael Labelle a additionné les factures. Selon ses calculs, Monique Worth a cumulé plus de 9400 dollars en dépenses de repas; 979 dollars en frais de stationnements et 1050 dollars en frais d'Internet à domicile entre 2004 et 2009.

Le conseiller Bertrand Ward - qui passe une partie de ses hivers en Floride - a pour sa part cumulé près de 7000 dollars en frais de cellulaire et 1000 dollars en frais d'Internet à domicile entre 2002 et 2009.

«Quand vous voyez des factures de restaurants à 300 dollars, avec des bouteilles de vins (...), ce n'est certainement pas pour le bien-être des contribuables», estime Michael Labelle.

Le ministère réagit

Le ministère des Affaires municipales a reçu la plainte de M. Labelle et a analysé toutes les factures. À la mi-mars, il a envoyé une lettre à Mme Worth et M. Ward dans laquelle il les rappelle à l'ordre.

«L'arrondissement devrait faire un contrôle plus serré des comptes de téléphonie cellulaire pour s'assurer que les frais d'interrurbains personnels ou professionnels sont bel et bien assumés par les élus», écrit le sous-ministre Marc Lacroix. Il ajoute: «En ce qui concerne les frais de repas, ils ne peuvent pas être remboursés à moins que tous les élus n'aient été invités à y participer.»

Des sommes peu importantes?

Jointe par TVA Nouvelles, la mairesse Worth affirme que les sommes dont il est question sont peu importantes et que la situation a été corrigée depuis.

Le ministère des Affaires municipales entend quand même exercer un suivi auprès des élus de l'arrondissement pour s'assurer que la situation ne se reproduira pas.