/news/law

«Je ne l'accepterai jamais» — Patrick Gaston

Marie Lessard

EXCLUSIF — L'oncle d'Olivier et Anne-Sophie, Patrick Gaston, s'est dit abasourdi par le verdict de non-responsabilité criminelle prononcé à l'endroit de Guy Turcotte qui a pourtant reconnu avoir poignardé ses deux enfants.

Au lendemain du verdict, le frère d'Isabelle Gaston, qui n'était pas présent au palais de justice de Saint-Jérôme mardi, ne comprend pas la décision rendue par les 11 jurés.

«Quel message est-ce que ça envoie que ce verdict? Les gens ont capté que la recette Guy Turcotte pourrait à nouveau servir un monstre qui ferait mal à quelqu'un», a déclaré Patrick Gaston à TVA Nouvelles.


Le petit Oliver s'amuse devant l'appareil photo. (Photo Agence QMI)

Rencontré chez lui, le jeune homme avait par moments la gorge nouée par le chagrin. «Je ne peux pas croire que 11 personnes décident de l'état mental de quelqu'un. On a dit qu'il [Guy Turcotte] avait des troubles de l'adaptation avec humeur dépressive. Pour moi, ça veut dire que tu es déprimé, pas que tu as perdu la raison et que tu ne peux pas être tenu responsable de tes actes après les avoir avoués.»

M. Gaston n'a pas voulu épiloguer davantage sur la décision des jurés. «Ça se passe de commentaires, a-t-il lâché après un moment de réflexion. Je ne peux pas m'imaginer en ayant parlé à autant de monde que ce soit des collègues ou des gens dans la rue qui me reconnaissent et qui sympathisent avec moi. Les gens en général sont abasourdis, n'en reviennent pas. Je ne comprends pas, les mots me manquent.»

L'incompréhensible

Patrick Gaston croyait que son ex-beau frère serait condamné pour les meurtres prémédités de son neveu et de sa nièce. «J'ai toujours eu le sentiment profond que c'était le seul verdict qui pouvait se rendre. [...] L'incompréhensible comme le geste de Guy Turcotte; le verdict je ne le comprendrai jamais et je ne l'accepterai jamais.»


«Ma petite farouche et mon grand champion, je veux vous dire que Patrick vous aime.» (Photo Agence QMI)

Il se demande aussi pourquoi des éléments concernant les actes de l'accusé n'ont pas été dévoilés au jury.

«Comment se fait-il que l'on bâillonne la preuve ainsi pour vraiment cacher comment était Guy Turcotte, notamment les frais funéraires [que l'accusé n'a pas voulu assumer], qu'il allait chercher de l'argent dans le compte de ma sœur. Pourquoi ces éléments n'ont pas été divulgués?», se questionne l'oncle des victimes.

Comédie à la barre

En réponse à la question de TVA Nouvelles à savoir si Guy Turcotte a joué la comédie durant son procès, Patrick Gaston s'est dit convaincu que c'était le cas. «Mon sentiment le plus profond est que M. Turcotte avait planifié sa vengeance.»

Le frère d'Isabelle Gaston, qui a côtoyé durant plusieurs années Turcotte et qui l'a même décrit comme son ancien buddy, son ex-ami lors de son témoignage durant le procès, s'est montré sans pitié.

«Il s'est basé sur un procès d'aliénation mentale. On a voulu faire une campagne d'embellissement de son image; le fait qu'il soit cardiologue. J'espère qu'aucun patient, aucune personne ne tombera un jour dans ses mains. Ses mains sont souillées; il a avoué son crime.»


La mignonne Anne-Sophie sur une balançoire. (Photo Agence QMI)

Appel du verdict

Patrick Gaston croit encore que «justice va être rendue un jour». Il dit toutefois comprendre la grande fatigue de sa sœur qui ne souhaite pas faire appel du verdict. «C'est honorable dans sa perspective. Il faut lui laisser vivre son deuil. Il y aura toujours un vide dans la famille.» 

Pour sa part, il veut que la justice suive son cours. «Je veux être là pour ma sœur. Je t'aime beaucoup Isabelle. Je comprends qu'elle veuille passer à autre chose, mais je suis pour l'appel», formule le grand blond des trémolos dans la voix.

M. Gaston a confié à TVA Nouvelles ressentir à la fois de l'amertume et de la colère, mais surtout une grande tristesse. Son beau-frère pourrait être bientôt libre après un séjour à l'Institut Philippe-Pinel et il s'en préoccupe.


Turcotte a poignardé à l'arme blanche ses enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, le 20 février 2009 (Photo Agence QMI)

«Quelqu'un qui a commis deux meurtres restera pour l'éternité quelqu'un de dangereux pour moi, ma famille et le reste de la population. Ce n'était pas de la légitime défense, c'était un acte de violence extrême et de vengeance.»

Turcotte a poignardé à l'arme blanche ses enfants Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, le 20 février 2009, dans la résidence qu'il louait à Piedmont, quelques semaines après sa rupture avec Isabelle Gaston.

Patrick Gaston veut changer les choses. «On peut militer contre les crimes violents, écrire à nos représentants au fédéral et au provincial. Je vais continuer de militer pacifiquement pour les crimes faits contre les enfants, les femmes et les personnes âgées ainsi que les personnes en détresse face à une situation qu'ils n'ont pas choisie.»

Les yeux embués de larmes, l'oncle d'Olivier et Anne-Sophie s'est adressé à ses deux amours. «Ma petite farouche et mon grand champion, je veux vous dire que Patrick vous aime. Je leur demande tous les jours de m'aider à continuer. J'espère que ça sera de moins en moins difficile de jour en jour.»


Patrick Gaston croyait que son ex-beau frère serait condamné pour les meurtres prémédités de son neveu et de sa nièce. (Photo Agence QMI)

 


Dans la même catégorie