/news/homepage

Yves Bolduc favorable

Sarah Bélisle

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, s'est prononcé en faveur d'une formation universitaire obligatoire pour les infirmières lors de son allocution au congrès annuel de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ).

«Je pense que c'est la bonne façon de faire, c'est-à-dire de former les gens le plus possible à ce qu'ils aient un baccalauréat [...]. Mais il faut que ça se fasse progressivement, sur plusieurs années et dans la collaboration», a lancé le Dr Bolduc devant les quelques centaines de membres de l'Ordre réunis au Palais des congrès de Montréal.

En assemblée générale lundi soir, les membres ont adopté la proposition d'exiger d'un diplôme de niveau universitaire à ceux qui veulent pratiquer leur métier. Pour l'instant, seule une formation collégiale est nécessaire.

«C'est certain que ceux qui sortent aujourd'hui avec une formation collégiale, on ne peut pas tous les obliger à faire leur bac demain matin. Le pourcentage va augmenter avec les années, a précisé le ministre. Il est essentiel d'effectuer la transition doucement puisque « si on prend une décision radicale, on va mettre notre réseau en crise.»

Le Dr Bolduc se dit néanmoins ouvert à entamer les discussions avec l'ordre à ce propos. «C'est une question de qualité des soins et d'organisation du travail», a-t-il dit.

Décalage

De son côté, l'OIIQ souhaiterait plutôt s'entendre rapidement avec le ministre pour le lancement de cette transformation. «On va mettre la pression parce qu'on est dix ans en retard sur toutes les provinces au Canada», a déclaré la présidente de l'ordre, Ghislaine Desrosiers.

«Des infirmières se sont vu refuser l'accès en France parce qu'elles n'avaient pas le niveau nécessaire, a-t-elle ajouté. Il faut s'assurer que la relève est capable de relever les défis du futur.»