/regional/saguenay

Des infirmières qui gagnent plus de 100 000$

Sonia Lavoie

Les primes offertes aux infirmières dans les hôpitaux du Québec permettent à certaines d'entre elles de toucher de très bons salaires.

Des documents obtenus par la Loi d'accès à l'information ont permis de constater que 15 infirmières du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont gagné plus de 100 000$ l'an dernier.

À l'hôpital de Chicoutimi, elles sont six à avoir encaissé une telle somme, cinq à Alma, trois à Jonquière et une à La Baie.

Le plus haut salaire versé est de 114 829$ à une infirmière de l'hôpital de Chicoutimi. Dans tous les cas, les infirmières auraient effectué près de 200 heures de temps supplémentaire dans l'année pour toucher un tel salaire.

«Ça peut représenter un quart de travail de plus, une fin de semaine sur deux» explique le porte-parole de l'hôpital de Chicoutimi, Patrice Vachon.

Comment donc expliquer un si haut salaire? D'abord par les primes accordées aux infirmières depuis mars dernier. Dépendamment du département et du moment où est effectué le temps supplémentaire, une infirmière peut toucher des primes totalisant près de 30%.

Par exemple, en acceptant un quart de travail dans un département de soins critiques, l'infirmière augmente son salaire de 12%, si c'est de soir ou de nuit, une prime variant entre 6 à 15% s'ajoute. La fin de semaine? Un autre 4% additionnel. «Évidemment, ça pèse dans la balance et ça contribue à augmenter le salaire», reconnaît la présidente du syndicat des infirmières de l'hôpital de Chicoutimi, Martine Côté.

Il faut aussi tenir compte du renouvellement de la convention collective de travail en mars dernier, qui s'est soldé par une hausse des salaires pour les infirmières bachelières.

«Tout cela mis ensemble, c'est certain que les salaires augmentent plus rapidement qu'auparavant», reconnaît le responsable des communications de l'hôpital d'Alma, Marie-Karlynn Laflamme.

Les directions d'hôpitaux assurent cependant que le temps supplémentaire ne sera jamais autorisé s'il met la qualité des soins en danger.