/news/homepage

Revenu Québec change son logo

Jean-François Villeneuve

En pleine période des déclarations d'impôt, alors que les contribuables québécois grattent les fonds de tiroir pour payer leur dû au fisc, Revenu Québec a réussi à dénicher 20 000 $ pour se refaire une beauté.

Le nouveau logo de l'agence gouvernementale fait contraste avec l'approche plus sobre de l'ancien, calqué sur ceux de tous les autres ministères québécois.

On y retrouve le nom de l'agence en écriture blanche sur deux bandeaux bleu pâle. Une fleur de lys également blanche vient compléter le graphique, apposée sur le revers d'un de ces bandeaux, cette fois sur un bleu d'une teinte plus foncée.

La création de la nouvelle identité visuelle a été octroyée à l'agence Sid Lee, dans un contrat de gré à gré.

«On souhaitait travailler avec une firme qui a une excellente expertise en changement d'image de marque et on est très content du résultat», a expliqué la porte-parole de Revenu Québec, Manon Tremblay.

Se rapprocher des citoyens

La nouvelle identité visuelle est reliée au changement du statut de ministère à agence de Revenu Québec, en avril 2011, selon sa porte-parole. «On souhaitait avoir une nouvelle image de marque, on voulait notre propre identité visuelle».

Le concept derrière le changement est toutefois nébuleux. «On veut se rapprocher des citoyens et maximiser le service à la clientèle, a poursuivi Mme Tremblay. C'est une démarche logique. Ce qu'on vise, c'est que les citoyens s'acquittent de leurs obligations fiscales. Le changement d'image est dans cet objectif-là.»

Le premier document à porter le nouveau logo est la déclaration de revenus 2011, qui a commencé à circuler dans les dernières semaines.

Pas de perte

Outre les formulaires et autres documents qui doivent être changés et réimprimés d'année en année, la papeterie existante comportant l'ancien logo continuera d'être utilisée jusqu'à la fin des stocks.

«On savait que ça s'en venait et on a planifié nos commandes en conséquence, a conclu Manon Tremblay. On n'est plus à l'ère de jeter des caisses de papier pour un simple changement de logo.»