/finance/finance

St-Hubert dit non

Jean-François Racine

Les Rôtisseries St-Hubert ne veulent pas de poulet halal, mais la chaîne ignore si Olymel a toujours respecté cette demande.

«On veut du poulet refroidi à l'air et le poulet halal est refroidi à l'eau. Il faut absolument que notre poulet soit refroidi à l'air. Nous avons des spécifications très précises sur la grosseur et le poids. On n'a jamais demandé du poulet halal», a expliqué Josée Vaillancourt, porte-parole de l'entreprise.

Selon elle, tous les poulets proviennent de l'usine Olymel de Berthierville, qui ne vend pas de viande halal.

Quant à savoir s'il est possible que St-Hubert reçoive du poulet halal sans le savoir, la direction répond par la négative. Quelques instants plus tard, Mme Vaillancourt a toutefois précisé qu'elle ne pouvait répondre à cette question.

«On n'en offre pas, on n'en vend pas. C'est une conviction d'entreprise», a-t-elle précisé.

Chez St-Hubert, le président, Daniel Cousineau, avait affirmé à un quotidien anglophone que la chaîne envisageait d'offrir des produits halal et kasher.

St-Hubert sert 10 millions de kilos de poulet et 35 millions de repas par année.

Dans les rôtisseries de la famille Benny, on répond candidement qu'il ne s'agit pas d'un critère important pour son groupe. L'entreprise fait des affaires, pas de la religion.

«Nous sommes exigeants sur la qualité et le poids. Ça fait 30 ans que je visite des installations. Je savais qu'Olymel avait certaines pratiques. Ça s'est toujours fait comme ça. Je suis surpris de cette tempête. Je vois bien que ça peut heurter certains Québécois», a affirmé Yves Benny.

Comme le géant St-Hubert, Benny veut du poulet refroidi à l'air.

Ce dernier a d'abord expliqué qu'il était possible qu'une petite quantité des poulets proviennent de l'usine Olymel de Saint-Damase, certifiée halal. Après vérification, il a affirmé que les volailles venaient seulement de Berthierville.

 

Dans la même catégorie