/news/homepage

«Léo, on aura ta peau!»

Sarah-Maude Lebebvre

Les tensions entre les différentes associations étudiantes semblent prendre de l'ampleur. Mercredi, des étudiants ont manifesté devant les bureaux de la FEUQ et de la FECQ, certains allant même jusqu'à réclamer «la peau» du président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin.

Lors d'une manifestation organisée par la Coalition large pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), un groupuscule d'étudiants se seraient présentés devant les bureaux de la FECQ et de la FEUQ pour insulter les dirigeants de ces associations étudiantes.

«Il y a eu des paroles très crues. Des gens criaient: «Léo, on aura ta peau», a rapporté la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.

L'incident a d'ailleurs fait rapidement le tour des réseaux sociaux. Plusieurs membres de la FECQ et de la FEUQ ont accusé la CLASSE d'être à l'origine de cette manifestation improvisée. Des photos de l'événement ont aussi été diffusées.

Bisbille?

De son côté, la CLASSE nie vigoureusement être derrière cette intervention.

«Ce n'est lié d'aucune façon à la CLASSE. Ce n'est pas une action votée par notre congrès», a indiqué le porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois.

Le président de la FECQ affirme par contre avoir reconnu des étudiants du cégep du Vieux-Montréal, affiliés à la CLASSE, pendant la manifestation improvisée.

«Je suis confiant que la CLASSE aura une bonne discussion avec ses membres à ce sujet», affirme M. Bureau-Blouin.

«Tous unis»

Même si les représentants des trois plus importantes associations étudiantes ont reconnu l'existence de «tensions» au sein du mouvement étudiant, ils ont tous tenu à présenter un front uni «contre le gouvernement», mercredi.

«Oui, il y a de la rancoeur par rapport à des actions passées, a admis Mme Desjardins. Mais tout se passe bien, et il y a beaucoup moins de tensions que pendant la grève de 2005. Nous sommes tous unis vers le même objectif.»

«Je ne comprends pas quel est l'objectif de ces étudiants, indique Léo Bureau-Blouin. On se bat tous pour la même cause. Cela dit, ces étudiants ne sont pas représentatifs du mouvement étudiant. Il nous faut redoubler d'efforts et mettre de côté les tensions pour combattre notre adversaire, le gouvernement libéral.»

 

Dans la même catégorie