/regional/centreduquebec

Un adolescent perd 150 livres en un an

TVA Nouvelles

Samuel Leblanc, un jeune de 15 ans qui en avait assez d'être considéré comme «le gros de l'école» a réussi à perdre 150 livres en un an.

De 345 livres, il a réussi à passer à 204 livres. Il lui reste encore quelques efforts à fournir pour parvenir à son objectif 200 livres.

«Mon ami croyait que je n'avais pas assez de détermination pour le faire. Alors, je lui ai prouvé», explique Samuel Leblanc, qui a tenu le pari lancé en avril dernier.

(Crédit photo: Gracieuseté)

La détermination a d'ailleurs été le principal ingrédient de sa recette miracle.

«Les opérations, je trouve que c'est tricher. Les pilules amaigrissantes, ça ne marche pas et les régimes non plus. Les spécialistes, ça coûte cher. Alors, vaut mieux y aller avec la détermination, moi, je dis», affirme le jeune homme, qui a adapté son mode de vie.

«Maintenant, je fais des activités physiques, je vais au gym...»

La famille inquiète

L'obésité de Samuel inquiétait sa mère, qui craignait les répercussions sur sa santé.

«Souvent, je lui disais. 'Samuel, fais attention à ton cœur', confie Isabelle Champagne, la mère de Samuel. Mais je ne l'ai jamais forcé. Puis, à un moment donné, il s'est décidé. Puis là, quand il s'est décidé, j'ai dit: 'Bon, on est partis'», se souvient-elle.

Sans le vouloir, Samuel est devenu une inspiration pour ses proches.

«Il y a un de mes amis qui a perdu 80 livres. Mon meilleur ami, il s'est mis à perdre du poids, lui aussi», explique le jeune homme.

(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Samuel Leblanc a aujourd'hui 16 ans et se sent beaucoup mieux.

«Le monde ne te regarde pas pareil, puis tu peux approcher plus de monde. Je me suis fait des nouveaux amis aussi. Ça change vraiment tout.»

Ces années passées à être pointé du doigt auront-elles marqué son adolescence?

«Depuis que j'ai eu ma perte de poids, je me sens mieux. Puis, je pense que c'est plus ça qui va marquer mon secondaire, dit Samuel. On ne peut pas effacer toutes nos traces du passé, donc je les garde comme motivation. Comme ça, je ne redeviendrai pas comme j'étais.»