/news/homepage

Une alliance entre le Québec et l'État de São Paulo

Jean-Luc Lavallée

Des entreprises du Québec spécialisées dans les technologies propres pourraient tirer profit d'une nouvelle alliance conclue jeudi entre la Belle Province et l'État de São Paulo, cinq fois plus populeux avec ses 40 millions d'habitants.

Le premier ministre Jean Charest, qui a signé jeudi un protocole d'intention avec le gouverneur de l'État, Geraldo Alckmin, s'est dit assuré de voir des «projets concrets» se matérialiser grâce à cette entente. Les nouveaux partenaires devront notamment élaborer un plan d'action pour encourager la mise en oeuvre de projets communs.

Le Québec compte près de 400 entreprises innovantes dans les technologies propres (énergie, air, eau, environnement, transport, agriculture, recyclage, matières résiduelles, etc.). Denis Leclerc, le président de la grappe des technologies propres Écotech Québec qui a fait le voyage au Brésil, a comparé cette alliance à un «tremplin pour les entreprises et chercheurs engagés dans les économies vertes».

Lors de la Conférence des chefs de gouvernement des régions partenaires, orientée sur le développement durable, le PM s'est aussi entretenu avec les dirigeants de la Haute-Autriche, de la Géorgie, Du Cap-Occidental (Afrique du Sud) et de la Bavière.

«L'objectif, c'est de continuer à créer des occasions pour grossir l'économie du Québec puis créer des emplois. C'est à travers ce type d'effort là que nous allons y arriver», a-t-il déclaré. En soirée, il devait participer à un souper privé avec des investisseurs potentiels pour le Plan Nord.

Rencontre annulée

Au cours de sa mission de quatre jours, qui se termine vendredi, M. Charest n'aura toutefois rencontré aucun haut placé du gouvernement du Brésil.

Il devait se rendre dans la capitale du pays, Brasilia, vendredi matin, mais il a dû annuler son vol jeudi soir après que le ministre des Relations extérieures, Antonio de Aguilar Patriota, lui eut fait faux bond.

Ce dernier doit se rendre à Carthagène, en Colombie, afin de participer au Sommet des Amériques, un événement qui est pourtant prévu depuis belle lurette. M. Charest pourra toutefois se reprendre à Rio de Janeiro, en juin, à l'occasion de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio 20), nous a fait savoir son attaché de presse.

Le premier ministre a donc changé ses plans et participera vendredi à une annonce de Bombardier, dans les installations de l'entreprise québécoise situées à l'extérieur de la ville de São Paulo.