/regional/montreal/montreal

Incapable d'être servi en français

Annie Gagnon

Un homme de 72 ans hébergé dans une résidence privée pour personnes âgées à ville Lasalle avec sa conjointe souffrant d'Alzheimer, a quitté l'établissement deux mois après son arrivée parce qu'il ne réussissait pas à se faire comprendre en français.

«On n'était pas capable de se comprendre. Les employées étaient unilingues, souvent avec un mauvais anglais, elles ne se comprenaient pas entre elles», explique Jean Levert, en entrevue à l'émission J.E.

La goutte qui a fait déborder le vase: un agent de sécurité a refusé de lui répondre en français lorsqu'il lui a demandé de débloquer l'ascenseur.

«Il dit :I cant understand! Je me suis fâché, j'ai dit, tu ne parles pas français? Il répond: you are in Canada sir!», raconte le septuagénaire qui souffre d'insuffisance rénale depuis dix ans.

(Crédit photo: TVA Nouvelles) Jean Levert

Cet épisode «a créé un fossé puis ça a continué. Il y avait des personnes qui parlaient français dans le centre, ils savaient qu'on parlait en français, puis quand on leur parlait, ils nous répondaient en anglais», s'exclame Michel Levert, qui a placé ses parents au Pavillon Lasalle en 2010.

«Je vais me débrouiller en anglais je vais comprendre certains mots, certaines phrases, mais si on me parle vite en anglais (...) c'est plus difficile pour moi de comprendre et c'est encore plus difficile lorsqu'il s'agit de termes médicaux».

Un jour «ma mère s'était cogné un genou, j'ai demandé de la glace à une préposée elle est arrivée avec un pansement» raconte découragé, le fils du couple.

Exaspéré devant une situation qui ne s'améliore pas, Michel Levert dépose non pas une, mais quatre plaintes. La première, verbale, au CLSC du quartier, une autre au centre des services sociaux de Dorval-Lachine-Lasalle (CSSS), une troisième au Protecteur du citoyen et parallèlement à ça, il en dépose une quatrième à l'Office québécois de la langue française.

Ce n'est que le 8 décembre dernier, soit un an plus tard, que le CSSS a signifié au propriétaire du pavillon Lasalle que ses employés devaient servir la clientèle francophone dans sa langue.

(Crédit photo: TVA Nouvelles) Jean Levert

Un plan d'action a également été mis en branle. «On a essayé de jumeler les préférences linguistiques des résidents avec les langues des employés (...) il se peut que parfois dans certains cas isolés à cause de certaines situations des absences, des congés, etc...le jumelage ne se fait pas parfaitement», admet toutefois le propriétaire de l'établissement, Arik Azoulay.

Il ne s'agit cependant pas de cas isolés, puisque J.E. a appris que le Pavillon Lasalle fait également l'objet de trois autres plaintes de même nature.

La Charte de la langue française oblige les hôpitaux et les CHSLD publics à offrir des services dans les deux langues, ce qui n'est pas forcément le cas pour une entreprise privée comme le Pavillon Lasalle, même si elle reçoit des subventions de Québec pour héberger des personnes âgées en attente d'une place en CHSLD public.

«Si une entreprise privée a plus de 50 salariés, elle doit être inscrite à l'Office et doit faire un programme de francisation», explique la directrice générale de l'Office québécois de la langue française, Louise Marchand. Le programme de francisation a pour but de «généraliser l'utilisation» du français en entreprise privée, mais sans nécessairement obliger les employés à parler français.

(Crédit photo: TVA Nouvelles) Jean Levert

«Ça nous impose des défis additionnels de surveiller ces entreprises (résidences privées pour personnes âgées) qui prolifèrent, mais c'est comme dans n'importe lequel autre domaine», affirme madame Marchand.

«On a décidé qu'on était une province bilingue. Il faut prioriser les services en français pour nos personnes âgées qui vieillissent, qui sont en perte d'autonomie, en perte cognitive aussi», poursuit Michel Levert.

Depuis, sa mère a été transférée à l'hôpital de ville Lasalle en attente d'un transfert dans un CHSLD public.

Ne manquez pas le reportage de J.E., diffusé vendredi à 19h à TVA