/news/homepage

Charles Sirois cautionne l'utilisation de filiales étrangères

TVA Nouvelles

Exclusif - Le cofondateur de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Charles Sirois, est pointé du doigt par le groupe d'observateurs et d'intervenants d'Échec aux paradis fiscaux. Cette organisation considère qu'il y a incohérence entre le message de la CAQ, qui a souvent répété que les Québécois devaient se serrer la ceinture, et le fait que Charles Sirois, lui cautionne le recours aux filiales étrangères, une pratique légale, mais qui fait perdre des centaines de millions en revenus au Canada.

D'un côté, le chef de la CAQ, François Legault a affirmé qu'il souhaitait aller chercher l'argent que perdait le Québec dans les paradis fiscaux. «Ce n'est pas toujours facile d'y arriver avec les lois internationales, mais tout ce qu'on est capable d'aller chercher dans les paradis fiscaux, allons le chercher», avait-il affirmé.

De l'autre, Charles Sirois, co-fondateur du mouvement Coalition pour l'avenir du Québec siège depuis 2007 au conseil d'administration de la Banque CIBC depuis 1997 et en est devenu le président en 2009.

(Charles Sirois lors de la rencontre annuelle de la CIBC le 26 avril 2012 à Halifax.Crédit - Reuters)

Selon les rapports annuels de la Banque CIBC, des économies d'impôts au Canada de l'ordre de 1,4 milliard de dollars auraient été rendues possibles entre 2007 et 2011, en ayant recours à des filiales étrangères. Ce qui n'est pas, au Canada, une pratique illégale.

«Je trouve ça inquiétant et j'y vois une forme de conflit d'intérêts parce qu'en tant que représentant d'un parti politique, son devoir est d'aller chercher des revenus nécessaires pour le bien commun», soulève le porte-parole d'Échec aux paradis fiscaux, Claude Vaillancourt.

La CAQ soutient que Charles Sirois ne joue aucun rôle depuis que l'organisme à but non lucratif est devenu un parti politique.

Pour Claude Vaillancourt, un signal clair est nécessaire pour que la position de la CAQ sur le sujet le soit aussi. «Si on veut vraiment assurer à la CAQ, une grande indépendance, qu'un parti politique doit avoir de toute façon, bien je pense qu'il doit y avoir une rupture claire et nette entre M. Sirois et la CIBC.»

Rebello aussi visé

François Rebello, alors qu'il était encore du côté du Parti québécois en 2008, estimait que la valeur comptable des filiales de la CIBC dans les paradis fiscaux s'élevait à près de 9 milliards de dollars.

La même année, il avait poussé la question des paradis fiscaux plus loin faisant plusieurs recherches et publiait même dans la revue Commerce, un article sur le sujet.

En 2010, François Rebello se questionnait encore sur l'évasion fiscale et les recours possibles à cette perte de revenus pour le gouvernement. Claude Vaillancourt, d'Échec aux paradis fiscaux affirme qu' «en tant que député du PQ, il faisait un travail très intéressant. On peut se demander s'il va pouvoir poursuivre ce travail dans la CAQ. Et il semble que non.»

La CAQ dit prendre ses distances par rapport à Charles Sirois, mais l'homme en question était au congrès de fondation de la Coalition avenir Québec, à Victoriaville en avril dernier.