/news/homepage

866 000$ pour justifier la hausse des droits de scolarité

Rémi Nadeau

Le gouvernement Charest a dépensé 866 000 $ pour promouvoir sa position sur les droits de scolarité dans une importante campagne de publicité.

Le Parti québécois a vigoureusement attaqué la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, l'accusant d'avoir dilapidé l'argent des contribuables dans une opération partisane moussant ses intérêts.

«Ces publicités sont clairement de la propagande électorale libérale payée à même les fonds publics à quelques mois d'une élection générale», a fulminé le député péquiste Bertrand Saint-Arnaud.

Brandissant à l'Assemblée nationale les pleines pages de publicité retenues par le gouvernement dans les grands quotidiens et les hebdos locaux, le député de Chambly a condamné ce «gaspillage».

Déplorant que le gouvernement «inonde les médias écrits, les postes de télé et de radio », il a demandé à la ministre Courchesne de révéler le coût total de cette « orgie de publicité gouvernementale».

Si les membres du gouvernement n'ont avancé aucun chiffre au Salon bleu, le secrétariat du Comité exécutif du gouvernement a confirmé au Journal de Québec que le budget total s'élève à 866 000 $.

L'opération médiatique se déploie dans les journaux, les médias électroniques traditionnels et le web, sur une période de deux semaines, jusqu'au 17 juin.

Prendre le temps

La publicité, intitulée « Prendre le temps de regarder les faits», détaille la hausse des frais de scolarité décrétée ainsi que les bonifications apportées au régime de prêts et bourses.

«C'est de l'information, a vivement répliqué le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier. Tous les faits qui sont contenus sont véridiques.

Je mets au défi le député de nous dire quel élément de cette information n'est pas la vérité.»

Le député Saint-Arnaud a malgré tout décoché une autre flèche vers Michelle Courchesne.

« Est-ce que le gouvernement et la ministre de l'Éducation en particulier pourraient, pour une fois, cesser de confondre les intérêts partisans du Parti libéral avec l'intérêt public? Franchement! »

Jean-Marc Fournier a contre-attaqué en vilipendant le Parti québécois pour qui, selon lui, «dire la vérité, c'est honteux».