/regional/montreal/montreal

11 000 policiers touchés par une attaque

Daniel Renaud

La police de Montréal est sur les dents alors que circule sur internet depuis quelques jours une liste de 11 000 adresses courriel de policiers et policières à la suite d'un nouvel acte de piratage du groupe de vengeurs citoyens Anonymous.

Ainsi, hier après-midi, la police de Montréal a envoyé un message à ses 5 000 policiers et policières leur demandant de resserrer les paramètres de sécurité de leurs pages Facebook et adresse courriel.

Le SPVM a également confirmé qu'il enquêtait sur cette nouvelle cyberattaque d'Anonymous qui s'est tourné cette fois-ci vers le site internet promotionnel de la Caisse d'économie Desjardins des policiers et policières de Montréal.

«Nous avons ouvert une enquête, ainsi que pour toutes les autres attaques présumément faites par Anonymous contre les sites internet qui concernent la police», affirme le commandant Ian Lafrenière de la police de Montréal.

112 pages

Depuis quelques jours, une liste de 112 pages contenant 11 000 adresses courriel de policiers et de retraités circule sur Internet et les réseaux sociaux.

Ce sont des adresses personnelles et de bureau de policiers et de retraités de la police de Montréal, mais également de la Sûreté du Québec et d'autres corps de police municipaux.

Le Journal a fait le test : une simple recherche sur le Net avec une adresse courriel peut mener à la découverte de plusieurs informations de nature privée.

D'ailleurs, selon un mémo envoyé par le SPVM à tout son personnel mardi avant que toute cette affaire prenne une plus grande ampleur, des policiers ont reçu des messages sur leur adresse courriel personnelle lundi soir.

«Soyez assurés qu'autant du côté de la Caisse des policiers que du côté du SPVM, nous enquêtons et nous suivons de très près ce dossier. Nous prenons toutes les mesures de sécurité nécessaires pour préserver nos informations», peut-on lire sur le message envoyé par la section des communications corporatives de la police de Montréal.

Déjà fait

À la Sûreté du Québec, on dit avoir déjà envoyé deux messages aux policiers pour les sensibiliser, les 5 et 12 juin.

«On a envoyé un message à tous nos policiers et civils au sujet de leur utilisation de leur adresse courriel et des médias sociaux, et pour leur expliquer nos programmes de menace externe», affirme le lieutenant Jean Finet.

Rassurante

Les 11 000 adresses courriel proviendraient d'une liste d'envoi que la Caisse d'économie utilise lorsqu'elle veut annoncer ses produits. Il ne s'agirait pas uniquement de membres de la caisse.

Malgré tout, cette dernière a elle aussi envoyé un message pour rassurer ses membres et clients potentiels.

«Il est très important de préciser que le site caisse-police.com n'est pas un site transactionnel. Il est strictement utilisé à des fins informationnelles et ne contient aucune information nominale ni de renseignement sensible concernant les avoirs de nos membres», peut-on lire dans un communiqué signé par le directeur général, Normand Prévost.

Au cours des derniers mois, le groupe Anonymous a piraté plusieurs sites qui concernent les policiers, notamment celui de l'Association des directeurs de police. Il a aussi publié les coordonnées de policiers qui ont pris part à un colloque.

Aucune crainte

«C'est un peu inquiétant, mais que voulez-vous que je fasse ? S'il le faut, je vais changer d'adresse», explique Maurice Rochon, un retraité du SPVM dont l'adresse apparaît sur la liste. Il s'explique toutefois mal pourquoi les autorités ne mettent pas la main sur ceux qui font ce genre de chose.

Lui aussi un ancien du SPVM, Sylvio Cyr prend les choses avec un grain de sel. «Il ne faut pas capoter avec ça. C'est ça la technologie, laisse-t-il tomber. Il n'y a pas de danger.»