/regional/montreal

Les cas de punaises de lit pourraient augmenter de 300%

Marie-Pier Gagné

Depuis deux ans, les épidémies de punaises de lit sont de plus en plus fréquentes à Laval. À l'approche de la période des déménagements, il faut être prudent pour éviter toute contamination, indiquent les experts.

«C'est exponentiel. Il faut s'attendre à une augmentation de 300% du nombre de cas cette année au Québec», a affirmé Christian Beaulieu, directeur général du Centre antiparasitaire du Québec (CAPQ).

Les punaises de lit sont de petits parasites mesurant de 4 à 7 millimètres de long. On les trouve généralement dans la chambre à coucher. Elles se nourrissent de sang humain, particulièrement la nuit, provoquant ainsi des démangeaisons parfois intenses.

Par le passé, l'emploi d'insecticides, comme le DDT, a permis de garder la population de punaises de lit sous contrôle. Mais les choses ont changé.

«Depuis que l'utilisation du DDT est devenue interdite presque partout dans le monde, les invasions de punaises de lit sont grandissantes», a précisé Christian Beaulieu.

Le seul moyen de se débarrasser des punaises de lit est de faire appel à un exterminateur accrédité par le ministère de l'Environnement, a ajouté le spécialiste. De plus, utiliser les produits en vente libre ne serait pas efficace et renforcerait même l'immunité des parasites.

500 à 1000 cas par année sur la Rive-Nord

Les exterminateurs, pour leur part, sont prêts à faire face à la pire période de l'année.

«L'an dernier, nous avons effectué près de 1000 exterminations de punaises de lit. Ce sera sans doute semblable cette année», a expliqué le directeur régional de Rive-Nord extermination, Daniel Desmarais.

Selon ce dernier, le phénomène serait surtout présent dans les quartiers où l'on retrouve des immeubles d'habitation en grande quantité. «Les punaises voyagent d'un logement à un autre», a-t-il dit.

Par ailleurs, la propreté des habitations et des gens qui les habitent n'aurait rien à voir avec l'apparition d'êtres indésirables.

«C'est faux de croire que les punaises apparaissent dans des endroits sales. N'importe qui peut en avoir, pour toutes sortes de raisons qui ne sont pas liées à la propreté», a mentionné Sylvie St-Onge, infirmière au Département de santé environnementale à l'Agence de la santé et des services sociaux de Laval.

De plus, étant donné que les gens voyagent plus que jamais, les punaises de lit voyagent elles aussi vers de nouveaux endroits.

Déménagement

L'été, les cas sont plus nombreux, en raison des déménagements. «Nous suggérons donc aux Lavallois d'éviter de se servir des couvertes de déménagement prêtées par la compagnie de camion et de recouvrir les meubles d'une pellicule de plastique», a fait savoir Sylvie St-Onge.

Surtout, il ne faut, en aucun cas, profiter de la période de déménagement pour ramener chez soi des meubles et des matelas laissés au bord de la rue, selon l'infirmière.

«Et si on achète des vêtements usagés, il faut les nettoyer à l'eau chaude et les sécher 30 minutes à haute intensité», a ajouté Sylvie St-Onge. Le cycle de lavage à lui seul ne parviendrait pas à éliminer les larves.