/regional/centreduquebec

Inspections des CHSLD par téléphone

Charles-Étienne Bélisle

Malgré des rapports d'inspection ministérielle parfois accablants, dont l'un remonte à six ans, les sept centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région de Victoriaville n'ont fait l'objet d'aucune nouvelle visite d'inspection au fil des ans. Une situation que dénonce le syndicat des employés.

L'Agence de la santé, chargée de l'application des recommandations du Ministère, s'est contentée durant toutes ces années de communications téléphoniques pour obtenir des CHSLD, l'assurance qu'ils avaient corrigé les lacunes soulevées par les inspecteurs.

«Il faut se présenter en personne pour avoir le portrait réel. La clientèle qui a des problèmes cognitifs ne peut pas toujours se défendre quand le suivi est fait par téléphone», estime Lucie Gendron, présidente du syndicat d'employés du Centre de santé et de services sociaux (CSSS).

Le CSSS d'Arthabaska et des Érables assure que les inspections téléphoniques sont suffisantes. «Nous avons produit un plan d'amélioration, avec des échéanciers, et l'agence de santé s'assure de son application», explique Philippe Rancourt, directeur des programmes des personnes en perte d'autonomie au centre de santé.

M. Rancourt affirme que les six autres résidences de la région ont aussi été contrôlées par téléphone, soit Le Roseau, Les Étoiles d'Or, SaintEusèbe, Quatre-Vents, Sacré-Coeur et Tilleul.

Faits troublants

Pourtant, certains constats du rapport d'inspection touchaient des éléments cruciaux à la résidence du Chêne, dont la dernière inspection remonte à 2006. Par exemple, les résidents devaient attendre pour aller aux toilettes, les employés n'étaient pas satisfaits de la qualité des bains et des résidents n'avaient pas de serrures à leurs portes.

Le comité des usagers, qui agit comme «chien de garde», ne voit pas de problème avec les suivis d'inspections par téléphone. «Les problèmes n'étaient pas à risque pour les usagers», considère le président du comité, André Poirier.