/news/homepage

Une assurance-autonomie pour les aînés

Marianne White

Pauline Marois propose d'augmenter le budget de la politique de soins à domicile de 120 millions $ et de créer une assurance-autonomie pour les aînés.

Lors d'un point de presse devant le domicile d'un couple de septuagénaires en Montérégie, la chef du Parti québécois a affirmé que cela permettrait de désengorger le système de santé.

«Seule une politique de soins à domicile ambitieuse nous permettra de contenir la hausse attendue des dépenses de santé suite au vieillissement de la population», a-t-elle dit.

Elle a rappelé que 1100 patients âgés sont en attente d'hébergement dans les hôpitaux du Québec, ce qui engendre des frais de 200 000$ par année par personne. En comparaison, il en coûte 60 000$ pour une place en CHSLD et 25 000$ pour des soins à domicile intensifs.

Cette assurance serait un «guichet unique» pour les soins à domicile.

Le Dr Réjean Hébert, qui a coprésidé une commission parlementaire sur les conditions de vie, a noté que cela faciliterait la tâche aux personnes qui ont besoin de services et qui veulent rester à la maison.

«Lorsque vous avez une perte d'autonomie, vous avez l'assurance que les services dont vous avez besoin vont être financés par l'État», a dit M. Hébert, qui est candidat du PQ dans Saint-François.

Régime universel

La chef du PQ a comparé cette assurance au régime d'assurance-maladie puisqu'il sera universel et ne sera pas modulé en fonction des revenus.

Elle a affirmé qu'après les grandes politiques familiales adoptées dans les dernières années, comme les services de garde et les régimes de congés parentaux, le Québec doit s'attaquer à une dernière grande politique, celle de l'aide au maintien à domicile pour les personnes en perte d'autonomie.

Mme Marois a indiqué que le PQ ferait passer le budget dédié à ce secteur à 500 millions $ sur cinq ans, comparativement aux 380 millions $ déjà promis par les libéraux.

Dans la même catégorie