/regional/quebec/quebec

La résidence secondaire de Pauline Marois sous surveillance

TVA Nouvelles

L'attentat au Métropolis à Montréal, la nuit dernière, a eu des répercussions jusque dans Charlevoix.

Dorénavant, et depuis tôt ce matin, la résidence secondaire de Pauline Marois, à Saint-Irénée, est sous protection policière en permanence et même si elle est déserte.

«On a reçu l'ordre de mettre deux policiers, 24 h sur 24, pour une période indéterminée» explique le sergent Dominic Bergeron, de la Sûreté du Québec. «C'est pour une question de sécurité. On n'a pas reçu la raison, mais tout porte à croire que c'est relié avec les événements d'hier soir.»

Dans la circonscription de Charlevoix, siège de la chef péquiste, plusieurs électeurs ont de la difficulté à croire à ce qui est arrivé à leur députée.

«Je ne sais pas si c'est le fait que c'est une femme qui est premier ministre qui a dérangé monsieur, mais elle n'a pas fait assez de mal pour qu'on veuille la tuer», croit une électrice rencontrée à La Malbaie.

«Je trouve ça incroyable. On est dans un monde de fous. C'est effrayant, après une belle victoire», ajoute un électeur.

Cela dit, et au-delà des événements de mercredi soir, bien des gens croient maintenant qu'il sera avantageux pour Charlevoix d'avoir une première ministre comme députée.