/regional/estduquebec/gaspesie

Cauchemar d'une mère porteuse

TVA Nouvelles

Une jeune mère porteuse se retrouve dans une situation bien contraignante alors que le couple qui devait lui verser une forte somme d'argent a soudainement fait volte-face.

Comme la femme du couple acheteur est elle-même tombée enceinte, les parents ne veulent plus des jumeaux de la mère porteuse.

Marie-Pier voulait vivre sa première expérience en tant que mère porteuse. La jeune femme décide alors d'offrir ses services sur Internet et tombe rapidement sur un couple avec qui elle entame les démarches.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

«Oui, je veux être enceinte encore, oui, j'ai envie d'accoucher. Mais non, j'ai 3 enfants et ça me comble comme ça, je n'en veux pas d'autres», explique-t-elle à la journaliste de l'émission J.E. qui diffusera un reportage complet sur cette affaire vendredi soir.

Après beaucoup d'échanges de courriels et de conversations téléphoniques, les deux parties conviennent d'une entente: 35 000$ pour porter l'enfant.

Après huit semaines de grossesse, coup de théâtre: le couple décide de mettre fin, abruptement, au processus.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

«Je tombe enceinte, miraculeusement de jumeaux et on me dit finalement "Bye-bye, on te laisse tomber"», raconte la jeune mère.

Selon Louise Langevin, avocate spécialiste de la condition féminine, ce n'est pas une surprise.

«Dans le cas ici, c'est le pire dérapage que l'on puisse imaginer», déplore l'avocate. On voit très bien la marchandisation des enfants. Parce que là, on a des jumeaux, et on ne sait pas quoi en faire ni à qui les refiler.»

Pourquoi le couple, qui essaie d'avoir des enfants depuis 14 ans, a-t-il décidé de tout laisser tomber?

«Quatre, on trouvait ça vraiment trop», explique la femme du couple acheteur qui est aussi tombée enceinte de jumeaux.

«C'est sûr qu'on capotait et on ne savait plus quoi faire. On se disait que quatre, financièrement, on n'était pas capable», a-t-elle ajouté.

La mère porteuse non plus ne peut garder les jumeaux qu'elle porte. Ce qui veut dire qu'il faut maintenant trouver d'autres parents à ces deux enfants.