/regional/montreal/montreal

Un dernier adieu à Denis Blanchette

TVA Nouvelles

La cérémonie de commémoration nationale en l'honneur de Denis Blanchette, tué au Métropolis mardi dernier, s'est déroulée à Montréal, lundi après-midi, autour des notions de pardon et d'amour, en toute simplicité, malgré le caractère très officiel de l'événement.

La cérémonie en images

C'est dans un grand recueillement que les proches et les nombreux dignitaires qui prenaient part à la cérémonie de commémoration ont assisté à l'arrivée du cercueil, dans l'église Saint-Donat, dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, vers 14h15. De nombreuses personnes de l'entourage immédiat de M. Blanchette, une fleur blanche à la main, ont suivi le cortège.

Il s'agit du premier citoyen qui a droit à une commémoration nationale prise en charge par l'État québécois.

À l'extérieur, plusieurs centaines de personnes étaient massées près du parvis de l'église Saint-Donat dès le début de l'après-midi, et s'y trouvaient toujours lorsque le cortège funèbre a quitté les lieux vers 15h45, afin de rendre un dernier hommage à Denis Blanchette.

Un peu partout dans le quartier, des attroupements de citoyens se tenaient au coin des rues et sur les balcons pour rendre hommage à l'homme qui aurait arrêté le suspect et ainsi probablement évité un drame d'une plus grande ampleur.

Émotions fortes

La cérémonie empreinte de paix et de respect a atteint un moment d'une grande intensité lorsque le meilleur ami du défunt, Denis Bourgault, a pris la parole.

«Mon complice, mon ami, frère, tous ceux que tu aimais sont là, a dit M. Bourgault en retenant difficilement ses larmes. C'est la dernière fois qu'on se voit pour vrai, mais nous, on est habitué de se voir avec le cœur.»

Le colocataire et ami d'enfance du défunt, a tenu à rendre hommage à l'acte de courage de Denis Blanchette sans qui l'attentat de mardi aurait pu devenir un drame collectif. «Tu es sorti par la grande porte, a-t-il lancé. Encore une fois, tu as ignoré les dangers pour aider, tu as pensé aux autres avant de penser à toi.»

Denis Bourgault, ami de Denis Blanchette (Photo Agence QMI)

Pardon et paix

Dès l'ouverture de la cérémonie funéraire, le curé Joseph Dubé a invité la mère du défunt à allumer les cierges. Puis, il a encouragé les auditeurs à méditer sur la notion de pardon, «ce merveilleux don de dieu».

Le célébrant a aussi invité les auditeurs à réfléchir sur la notion de paix. «Portez en vos cœurs ceux pour qui la paix pourrait être utile, pour qui elle pourrait être un fruit propice», a-t-il dit.

(Photo Agence QMI)

«C'est la vie de Denis que nous célébrons aujourd'hui, a-t-il ajouté. Une vie humaine bien simple. Celle d'un homme qui a cherché à aimer du mieux qu'il pouvait, à se rendre disponible et utile autant qu'il pouvait. [...] Une vie qui peut maintenant s'épanouir pleinement.»

Compte tenu des circonstances tragiques dans lesquelles Denis Blanchette a péri, le curé a dit souhaiter que «nous portions dans notre espérance, la guérison à travers toutes les peines humaines, notre guérison dans toutes nos incompréhensions de dieu. [...] et l'espérance dans notre peuple québécois.»

Marois bouleversée

La première ministre élue du Québec, Pauline Marois était présente et a tenu à souligner l'acte de bravoure de M. Blanchette. «Je suis profondément bouleversée, a dit Mme Marois, visiblement émue, dans un bref point de presse à la sortie de l'église. On sent la vague de sympathie qui déferle ici, et qui traduit le sentiment des Québécois pour le défunt.»

(Photo Agence QMI)

Elle a réitéré son désarroi face à cet «événement tragique, causant mort d'homme, survenu lors d'un moment démocratique significatif».

«Mon complice, mon ami, frère, tous ceux que tu aimais sont là, a dit M. Bourgault en retenant difficilement ses larmes. C'est la dernière fois qu'on se voit, mais nous, on est habitué de se voir avec le cœur.»

Le colocataire et ami d'enfance du défunt, a tenu à rendre hommage à l'acte courage de Denis Blanchette. «Tu es sorti par la grande porte, a-t-il lancé. Encore une fois, tu as ignoré les dangers pour aider, tu as pensé aux autres avant de penser à toi.»

(Photo Agence QMI)

Dignitaires et politiciens

De nombreux dignitaires ont pris part à cet événement.

La nouvelle première ministre du Québec, Pauline Marois, est arrivée sur les lieux vers 13h45, accompagnée de son conjoint. Le libéral Raymond Bachand - ministre du Revenu sortant - était sur place également en tant que représentant du gouvernement du Québec, et le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, devait représenter le gouvernement du Canada.

(Photo Agence QMI)

En l'absence du maire de Montréal, Gérald Tremblay, le maire de l'arrondissement de Montréal-Nord, Gilles De Guire, devait assister à la cérémonie.

Pour l'occasion, le drapeau du Québec de l'Assemblée nationale a été mis en berne et devait le demeurer toute la journée, avant d'être remis à la famille de la victime.

Denis Blanchette (Photo Courtoisie)

Le technicien de scène Denis Blanchette travaillait au Métropolis mardi soir lors du rassemblement du Parti québécois après le dépouillement du scrutin. Il a été tué par balle par un homme qui tentait de pénétrer à l'intérieur de la salle, armé d'un AK-47 et d'une arme de poing. La chef du Parti québécois et des centaines de militants péquistes étaient sur les lieux.

Dans la même catégorie