/news/law

Danielle Lechasseur convaincue que Dumont est son agresseur

TVA Nouvelles

Le film L'affaire Dumont a pris l'affiche vendredi dernier. Aujourd'hui, la présumée victime du viol qui a mené Michel Dumont derrière les barreaux se confie à Denis Lévesque et affirme que si elle devait aller témoigner à nouveau en cour pour inculper Michel Dumont, elle le ferait.

Danielle Lechasseur demeure convaincue que Michel Dumont est son agresseur après toutes ces années. Elle a quand même été voir le film. Elle a vu Kathleen Fortin l'interpréter et a revécu son histoire à travers une fiction de 2 heures et 1 minute.

Danielle Lechasseur a trouvé le long métrage réalisé par Podz «nébuleux». «J'ai été étonnée de constater que dès le début du film jusqu'à la fin, on fait voir qu'il est une victime, qu'il est innocent également.»

Dans la vie et dans le film, Michel Dumont est un homme qui a été reconnu coupable d'agression sexuelle et a purgé 34 mois de prison avant que les doutes de madame Lechasseur lui permettent de recouvrer sa liberté.

C'est sa femme, Solange Tremblay, qui s'est battue pour qu'on reconnaisse son innocence. Et Danielle Lechasseur a avoué à Denis Lévesque qu'elle avait du mal à comprendre qu'elle et son mari soient représentés comme des «héros» dans ce film, alors qu'elle et les autres personnages sont dépeints comme des gens un peu fous.

Un gros détail, appris trop tard

Danielle Lechasseur s'en allait louer un film, un jour, des années après l'agression. Au club vidéo elle voit un homme, le sosie de Michel Dumont, accompagné d'un garçon, du même âge que celui de son présumé agresseur. «Dans ma tête, ça ne pouvait pas être Michel Dumont, puisqu'il était en prison. Donc ce qu'il avait dit au procès, comme quoi il avait un sosie, m'est revenu en tête. Et là je me suis dit "Oh mon Dieu, est-ce possible que j'aie fait condamner quelqu'un qui est innocent?"»

Le lendemain, elle appelle la procureure de la Couronne pour lui faire part de son doute. La procureure la réfère aux policiers de Boisbriand où elle résidait à l'époque. Les policiers ne sont venus que trois mois plus tard prendre sa déposition et ne lui ont jamais dit que Michel Dumont était sorti de prison au moment où elle croyait avoir vu «son sosie».

En 1997, elle est invitée à l'émission Enjeux et est interviewée par le journaliste Alain Gravel qui avait fouillé l'histoire et souhaitait connaître sa version des faits. À l'époque, Danielle Lechasseur est persuadée qu'un sosie de son agresseur existe et va même accueillir Dumont à sa sortie de prison.

Quelque temps plus tard, elle apprend que Michel Dumont était sorti de prison au moment où elle était partie se louer un film... et qu'elle a vu son «sosie».

Accusée d'avoir tout inventé

Dans le film L'affaire Dumont, un psychologue, joué par Claude Legault, remet en question toute l'histoire de madame Lechasseur. Il laisse entendre qu'elle aurait été victime d'une agression bien avant dans sa vie, ou peut-être qu'elle n'a même jamais été agressée et que ce qu'elle raconte, est en partie mensonge, en partie fabulation.»

«Je n'ai absolument pas fabulé. [...] Je ne peux pas imaginer qu'une personne puisse inventer une histoire semblable et encore moins inventer les blessures physiques que j'avais», affirme Danielle Lechasseur

Questionnée aussi sur la description physique de son agresseur lors de sa déposition et des différences physiques de cet homme avec Michel Dumont, Danielle Lechasseur est claire : «Ma perception n'était peut-être pas la bonne, il se peut, au niveau de la grandeur. Mais pour ce qui est de l'individu, je ne me suis pas trompée.»

«Moi je ne crois pas à la thèse du sosie. C'est lui mon agresseur.»