/news/law

Turcotte se promène à vélo sans surveillance

TVA Nouvelles

EXCLUSIF — Guy Turcotte, déclaré non responsable criminellement des meurtres de ses deux enfants, quitte pratiquement tous les matins l'Institut Philippe-Pinel pour s'offrir des balades en vélo, et ce, sans accompagnement.

D'après ce que Claude Poirier a appris d'employés de l'hôpital psychiatrique montréalais, l'ancien cardiologue enfourche sa bicyclette vers 9 heures pour emprunter la piste cyclable et rouler jusqu'à Pointe-aux-Trembles.

L'homme de 40 ans rentre à Pinel, toujours selon les dires des employés, vers midi, parfois plus tard en après-midi. Turcotte fait cavalier seul, mais n'enfreint toutefois aucune règle.

Décision de la CETM

Le 5 juin dernier, la Commission d'examen des troubles mentaux (CETM) avait statué que le meurtrier devait demeurer incarcéré à l'Institut Philippe-Pinel pour les six mois à venir, mais qu'il pourrait se prévaloir de sorties moyennant certaines conditions.

Ainsi, les cinq commissaires de la CETM avaient décidé que les trois premiers mois, Turcotte devrait être accompagné d'un membre de sa famille immédiate — père, mère, frère ou soeur — ou d'un membre du personnel de l'Institut Philippe-Pinel, et qu'il devrait réintégrer l'hôpital psychiatrique chaque soir à l'heure fixée par l'équipe traitante.

Pour les deux mois suivants, donc dès le 5 septembre, il bénéficierait de périodes de sorties de 8 heures sans accompagnement. Et le sixième mois, ses moments de liberté hors des murs de Pinel seraient assortis de conditions encore plus souples: 16 heures de sortie quotienne avec possibilité de coucher chez un membre de sa famille. Guy Turcotte peut donc avaler tous les kilomètres qui lui plaisent à vélo tout en se conformant aux exigences de la CETM.

Ordonnance de restriction

L'ancien médecin spécialiste a poignardé à de multiples reprises son fils Olivier, 5 ans, et sa fille Anne-Sophie, 3 ans, en février 2009 dans une maison qu'il louait à Piedmont dans les Laurentides, quelques semaines après sa séparation avec l'urgentologue Isabelle Gaston.

Turcotte ne peut d'ailleurs s'approcher à moins de 500 mètres de la résidence de cette dernière ainsi que de son lieu de travail. Son ordonnance de restriction lui interdit aussi d'entrer directement ou indirectement en contact avec Mme Gaston et son nouveau conjoint.

L'évolution et le risque que peut représenter Guy Turcotte pour la sécurité du public seront réévalués en décembre cette année.

Dans la même catégorie