/regional/saguenay

Les femmes sont toujours peu nombreuses en politique municipale

Andrée Anne Duchesne

Salaire trop bas, difficulté à concilier travail et famille: les femmes sont toujours peu nombreuses en politique municipale et la parité n'est pas pour demain selon une chercheuse.

L'agente de développement Julie Sheinck a effectué une étude sur les élues des différentes municipalités de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans le cadre de son mémoire de maîtrise en études et intervention régionale à l'Université du Québec à Chicoutimi.

L'objectif du mémoire était de connaître les raisons pour lesquelles il y a peu de femmes qui s'impliquent en politique municipale.

«Celles qui ont de jeunes enfants sont plus réticentes à prendre part à la vie politique puisqu'il est plus difficile de concilier travail-famille», a-t-elle souligné.

Cette dernière a ajouté que les salaires offerts, souvent peu élevés, sont également un facteur déterminant.

«Bien qu'elles disent qu'elle ne le ferait pas pour le salaire, elles souhaitent tout de même vivre», a dit Mme Sheinck.

La chercheuse a constaté une légère évolution quant au nombre de femmes en politique municipale depuis 1994.

Selon les chiffres recueillis au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le nombre de conseillères municipales a augmenté de 2% entre 1994 et 2009 tandis que le nombre de mairesses a augmenté de 9,5%.

«J'ai évalué la courbe de l'évolution de ce phénomène et si nous continuons ainsi nous obtiendrons la parité, soit 50%, en 2200 pour les conseillères municipales et en 2065 quant au nombre de mairesses», a illustré Mme Sheinck.

Élection 2013

Récif 02, un organisme ayant pour mission la défense des droits et l'amélioration des conditions de vie des femmes, espère atteindre la barre du 30% de femmes dans les conseils municipaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean, soit le minimum recommandé par l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Afin de recruter un maximum de candidates pour les prochaines élections municipales de 2013, l'équipe l'organisme est déjà au travail. Un programme de mentorat sera lancé au cours du mois de novembre.

«Nous avons développé différents outils afin de mettre de l'avant notre programme de mentorat, a expliqué Audrée Villeneuve, coordonnatrice au Récif 02. Les mentorées ainsi que les mentores pourront s'en servir pour que la future candidate ait le plus d'outils possible.»

Le Récif 02 souhaite que les élus en place prennent connaissance du mémoire de Mme Sheinck afin qu'ils soient plus réceptifs à la venue de femmes en politique et proposent davantage de candidates.

«Plus nous aurons de candidates, plus nous aurons de chance qu'il y en ait parmi elles, qui soient élues, a pour sa part indiqué Julie Sheinck. Nous ne connaissons pas toutes les femmes qui aimeraient aller en politique, c'est pourquoi nous demandons l'aide de tous.»

La Table de concertation des groupes de femmes Saguenay-Lac-Saint-Jean distribuera au cours des prochains jours le portrait régional des élues municipales dans les différentes municipalités de la région.