/regional/montreal/montreal

Tremblay s'offre quelques jours de repos

TVA Nouvelles

EXCLUSIF — Éclaboussé par toutes les allégations qui fusent à la commission Charbonneau, Gérald Tremblay s'offre quelques jours de repos.

Habillé de façon décontractée alors qu'il chargeait son véhicule à son domicile d'Outremont en prévision d'une petite escapade avec sa femme, le maire de Montréal a parlé brièvement à TVA Nouvelles qui lui demandait: Qu'en est-il de la situation actuelle?

«Je vais prendre quelques jours de repos. Bonne fin de semaine», a répondu laconiquement Gérald Tremblay en esquissant un petit sourire.

Martine Painchaud, attachée de presse au cabinet de maire et du comité exécutif de Montréal, a tenu à préciser sur Twitter que le maire Tremblay sera de retour au travail lundi.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum a affirmé en point de presse qu'il était «tout à fait normal que le maire prenne quelques jours de congé. Il a le droit.» M. Applebaum a refusé de dire si le maire comptait remettre sa démission à son retour. «Je ne peux pas vous dire. C'est à monsieur Tremblay de prendre la décision de son avenir en politique.»

(Photo TVA Nouvelles)

En après-midi jeudi, les élus de la Ville de Montréal ont été convoqués, le 13 novembre prochain, à un conseil spécial pour le budget, qui doit être déposé le 15 novembre.

Le maire avait annoncé la veille qu'il annulait sa participation à deux événements publics, dont un déjeuner-causerie de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, prévu vendredi.

Cet événement organisé à l'initiative du maire devait être l'occasion pour lui de présenter son bilan économique.

Gérald Tremblay a aussi annulé sa participation au lancement du nouveau comité-conseil en art public, qui s'est déroulé mercredi après-midi.

(Photo TVA Nouvelles

Ses électeurs lui montrent la sortie

Cette annonce survient quelques heures à peine après la publication d'un sondage Léger Marketing réalisé pour le compte du Journal de Montréal, jeudi, qui stipule que plus de trois Montréalais sur quatre (76%) souhaite la démission du maire Gérald Tremblay. À peine un Montréalais sur dix (10%) souhaite voir le maire rester en poste.

Le parti du maire Gérald Tremblay, Union Montréal, a été à maintes reprises dans la mire de la commission Charbonneau cette semaine.

Mardi, l'ancien organisateur politique Martin Dumont a déclaré à la commission Charbonneau que Gérald Tremblay savait que des entrepreneurs et des firmes de génie-conseil finançaient son parti avec de gros montants remis en argent comptant.

À la suite de ce témoignage, l'avocat d'Union Montréal a indiqué qu'il demanderait le statut de témoins devant la commission Charbonneau, pour des membres influents du parti, dont le maire, Gérald Tremblay.

«Il doit quitter»

La chef de l'opposition officielle à la Ville de Montréal, Louise Harel, espère que le maire profitera des prochains jours pour réfléchir à sa démission. «Je pense qu'au retour de ces quelques jours de congé, la seule conclusion qu'il pourra tirer, c'est qu'il a totalement perdu la légitimité, crédibilité et la confiance des Montréalais. Il doit quitter», a soutenu la chef de Vision Montréal après avoir été informée du congé du maire.

En plus de ne plus avoir la population derrière lui, Gérald Tremblay n'a plus le soutien des policiers, pour ne nommer que ceux-là. Le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, a réclamé mercredi la démission du maire, estimant que les élections municipales devaient être devancées.

Dans la même catégorie