/news/homepage

Québec «exige» que le gouvernement fédéral y renonce

TVA Nouvelles

L'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une motion qui «exige» que le gouvernement fédéral renonce aux modifications apportées à la Loi sur l'assurance-emploi, qui auront un impact négatif sur le Québec.

«Le message envoyé est clair et univoque : tous les élus du Québec s'opposent aux modifications présentées par le gouvernement de Stephen Harper», a affirmé la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais.

L'Assemblée nationale avait adopté le 8 juin dernier une motion unanime exigeant du gouvernement fédéral qu'il renonce aux modifications à la Loi sur l'assurance-emploi.

«Il y a un sentiment profond d'inquiétude et de mécontentement chez la population québécoise. Que ce soient les municipalités, les organisations syndicales, les entreprises saisonnières ou encore les chômeurs, tous sont unanimes : ces modifications représentent ni plus ni moins qu'un appauvrissement des travailleurs et un affaiblissement des régions », a souligné la ministre Maltais.

Elle estime que les modifications envisagées par Ottawa auront davantage d'impacts sur certaines régions qui comptent une plus grande proportion de prestataires fréquents de l'assurance-emploi et qui occupent souvent des emplois saisonniers. Selon Québec, 40 % des travailleurs saisonniers du Canada qui bénéficient de l'assurance-emploi sont au Québec.

Le gouvernement du Québec prévoit qu'en raison des nouvelles exigences en matière de recherche d'emploi et des sanctions imposées aux chômeurs, bon nombre d'entre eux se tourneront vers les services d'Emploi-Québec et de l'aide sociale, ce qui occasionnera une pression sur les services déjà offerts.