/news/homepage

«Tu iras te plaindre à Claude Poirier»

TVA Nouvelles

À la sortie des bars, en octobre dernier, une intervention policière pique la curiosité des fêtards sur la rue Maisonneuve à Montréal. Parmi les badauds qui s'étaient agglutinés autour de la scène, Didier Berry et son ami ne se doutaient pas que leur soirée se terminerait à l'hôpital.

En entrevue au Négociateur avec Claude Poirier, M. Berry a raconté comment l'événement a dégénéré au point d'être arrêté, puis étranglé à coups de matraque jusqu'à perdre conscience. Convaincu d'être victime de violence policière, il estime que son arrestation était arbitraire, discriminatoire et abusive.

Le trottoir maculé de sang sur lequel Didier Berry aurait été tabassé par des policiers. (Gracieuseté)

«On s'est approché de la scène. Un policier nous a ordonné de circuler. Mon ami et moi, on a ri du commentaire», a-t-il relaté. Visiblement irrités par les rictus, les agents auraient décidé de procéder à l'arrestation de l'ami de M. Berry pour «avoir émis un bruit audible».

Ce dernier, ébahi par le comportement des policiers, a dégainé son téléphone cellulaire pour croquer la scène au vif. «Les policiers ont demandé de ne pas filmer. Ils ont commencé à me saisir et à me frapper», se souvient M. Berry.

Selon lui, au moins quatre agents l'auraient roué de coups, allant jusqu'à viser ses «parties génitales», tout en l'assénant d'une rafale de menaces et d'insultes: «Tu vas payer pour tout le mal que tu as fait, tu vas payer pour autres».

Didier Berry de retour sur les lieux de l'incident. (Gracieuseté)

Tentant de faire valoir ses droits, le jeune homme se serait buté à l'arrogance des policiers. «Tu iras te plaindre à Claude Poirier», lui aurait même répondu un des agents, avant qu'il perde connaissance.

Didier Berry A finalement atterri à l'hôpital, où lors de son réveil, il a découvert un constat d'infraction qu'on lui aurait glissé dans la poche. Aujourd'hui, il étudie les actions judiciaires envisageables pour obtenir réparation. Lui et son avocat n'excluent pas de porter une plainte en déontologie policière.