/news/law

Claude Létourneau plaide coupable

Josée Cloutier

Arrêté en juin dernier, l'homme aux seringues, Claude Létourneau, a tout avoué. L'homme de 50 ans a plaidé coupable à 32 chefs de voies de fait armés et quatre autres de voies de fait avec lésions.

Entre août 2011 et juin 2012, Létourneau a semé la peur chez les consommateurs sherbrookois en dissimulant des seringues souillées de sang dans les poches de vêtements de plusieurs commerces du Carrefour de l'Estrie et des Galeries Quatre-Saisons.

Huit personnes se sont blessées en se piquant sur les aiguilles et ont été obligées de recevoir des traitements préventifs de trithérapie. Heureusement, le sang n'était pas contaminé.

Claude Létourneau a été trahi par son lourd passé. Détenu dans un dossier de menaces de mort, les enquêteurs du Service de police de Sherbrooke ont découvert qu'il habitait à Lévis en 2002. À cette époque, des cas semblables de seringues souillées s'étaient produits, dossier qui n'avait toujours pas été résolu.

Des analyses génétiques ont permis aux enquêteurs de relier l'ADN de Létourneau aux seringues découvertes à Sherbrooke et celles dissimulées dix années plus tôt à Lévis.

«Si je pouvais reculer l'horloge du temps, je le ferais. Je tiens à m'excuser pour ce que j'ai fait et surtout pour les souffrances infligées aux victimes» a-t-il tenu à préciser au juge Conrad Chapdelaine.

Claude Létourneau a des problèmes de toxicomanie; au moment des crimes, il consommait de l'héroïne et de la cocaïne par voie intraveineuse.

«Ce sont d'ailleurs les seringues avec lesquelles il s'injectait qu'il dissimulait dans des vêtements de commerces. Le geste était comme un cri du cœur, un appel à l'aide» a renchéri son avocat, Me Philippe Gilbert.

Une suggestion commune de quatre années d'emprisonnement a été soumise au juge qui veut prendre le temps de réfléchir aux faits étalés devant lui. La peine sera prononcée le 29 novembre.