/regional/montreal

Les itinérants menacés par un règlement

Karine Gagnon

Une pétition réclamant l'abolition de règlements de la Ville de Québec qui menaceraient des itinérants et serviraient à faire du profilage social a été déposée lundi à l'hôtel de ville.

Ces règlements, qui ont notamment été adoptés cet été, dans la foulée du mouvement Occupons Québec, sont très flous, incertains et larges, selon les signataires. Ceux-ci regroupent plus de 1000 personnes et les représentants d'une vingtaine d'organismes communautaires de Québec.

Selon ces derniers, l'imprécision des règlements laisse place à beaucoup d'interprétation. Par exemple, les définitions de flânage et d'attroupement ne sont pas suffisamment précises, ce qui ouvre la porte à des abus, déplore Sébastien Harvey, coordonnateur de la section de Québec de la Ligue des droits et libertés.

«Il s'agit souvent de comportements qui sont inévitables dans un contexte de survie pour des personnes itinérantes», explique M. Harvey.

Revitalisation

Le groupe souhaite une rencontre avec le maire Labeaume pour en discuter.

On craint que, dans un contexte de revitalisation du centre-ville, l'existence de tels règlements permette de sévir «contre certains segments de la population qui n'ont rien à se reprocher, sinon que d'être considérés comme indésirables dans l'espace public.»