/regional/montreal

Les animaux ont aussi leur guignolée

Marie-Pier Gagné

La guignolée des animaux se tient jusqu'à la fin décembre pour permettre aux animaux des refuges québécois d'avoir de quoi manger dans les prochains mois.

À Montréal, L'épicerie pour animaux y participe pour une deuxième année.

«Nous avons décidé de prendre part à la guignolée parce que les refuges où séjournent les animaux abandonnés ne reçoivent pas de subventions gouvernementales», a expliqué le propriétaire, David Parenteau.

Tout est accepté: nourriture, jouets, gâteries ou couvertures. Lors de la plus importante journée de guignolée, le 8 décembre, L'épicerie pour animaux a été agréablement surprise.

«Les gens sont très généreux et appuient la cause, s'est réjoui M. Parenteau. Ils viennent d'aussi loin que de l'Outaouais pour donner, ne serait-ce qu'un ou deux sacs de nourriture pour chiens.»

José Ducharme a donné pour cette cause qui lui tient à cœur.

«On oublie trop souvent l'importance de protéger les animaux, a-t-il dit. Après les Fêtes, trop d'animaux sont abandonnés et, comme ils sont plus nombreux dans les refuges, ils sont aussi plus nombreux à nourrir et à amuser.»

Pour Chantal Rondeau, la fondatrice de Québec Animaux et organisatrice de la guignolée, la récolte de cette année est en train de battre tous les records.

«On ne s'attendait pas à ça, a-t-elle expliqué. On est dépassés par les événements. Pendant qu'on faisait le triage, des dons s'ajoutaient sans cesse.»

L'épicerie pour animaux est le seul commerce à s'impliquer dans la guignolée des animaux à Montréal. En revanche, d'autres se sont engagés dans différentes régions du Québec, par exemple à Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La campagne permet de venir en aide à huit refuges, situés pour la plupart à Montréal ou tout près. Parmi ces refuges, il y a la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Valleyfield, Mère ThéréChat, le Refuge des chats de Verdun et la Colonie.

Puisque les dons sont très nombreux cette année, les organisateurs pourront aussi aider le Réseau Refuge animal et la fondation FAUNA, ce sanctuaire de chimpanzés, sur la Rive-Sud, qui accueille des singes issus de laboratoires.

«Jusqu'à maintenant, nous avons récolté cinq fois plus de dons qu'à pareille date l'an dernier, a dit M. Parenteau. Nous pouvons donc nous permettre de voir plus grand.»