/regional/centreduquebec

Elle réclame le droit à l'euthanasie

TVA Nouvelles

Le cas de David Audesse, qui a reçu de l'assistance pour s'enlever la vie, a particulièrement touché Ginette Leblanc. Atteinte de la maladie de Lou Gehrig, elle réclame le droit à l'euthanasie.

Elle avoue ne pas être surprise par le geste du jeune homme.

«Je comprends la situation du jeune homme parce que dans son cas, sûrement que j'aurais réagi de la même chose», explique-t-elle.

Mais Ginette Leblanc ne veut pas poser de geste illégal. Elle en a fait la promesse à sa fille.

C'est pour cette raison qu'elle a entrepris sa démarche devant les tribunaux pour obtenir le droit au suicide assisté.

«J'aimerais ça qu'une fois pour toutes, ce soit légal. J'aimerais ça, pour moi et pour les autres», affirme Mme Leblanc.

Son avocat, maître René Duval, n'a pas été étonné lui non plus par le cas de David Audesse.

«Je ne suis pas surpris. Premièrement, je présume, moi, qu'il y en a plus qu'on pense de ces situations-là», de dire l'avocat.

À ceux qui craignent des dérapages en légalisant l'euthanasie, l'avocat se fait rassurant.

«Il y a beaucoup plus d'abus, c'est-à-dire qu'il y a plus de personnes vulnérables dont on abuse dans les pays où c'est interdit que dans les pays où c'est permis», nuance Me Duval.

Ginette Leblanc, elle, ne veut pas poser de geste illégal, mais elle avoue que sans la présence de sa fille, elle agirait autrement.

«Si je n'avais pas eu d'enfant, probablement que je l'aurais fait», d'avouer la femme.

La fatigue, l'épuisement l'ont gagnée.

«C'est difficile à vivre», de conclure Ginette Leblanc.