/regional/montreal

Pris entre deux chaises

Lydia Labbé-Roy

Le Carrefour d'éducation populaire de Pointe-Saint-Charles réclame au ministère de l'Éducation une rencontre afin de discuter des solutions envisageables pour pallier la perte de ses locaux qui surviendra en 2015.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a récemment informé le carrefour qu'à compter de 2015, elle ne renouvellera pas le bail qui lui était accordé. Cette décision a été prise en raison du mauvais état de l'établissement. «Nous ne pouvons pas assumer les frais de réparation de la bâtisse», a indiqué Alain Perron, responsable des communications à la CSDM.

Selon le coordonnateur du carrefour, Donald Drolet, la commission scolaire a offert à l'organisme de devenir propriétaire de l'ancienne école. Cependant, le Carrefour d'éducation populaire ne dispose pas de l'argent requis pour effectuer les travaux de rénovation. «Ce bâtiment a besoin de réparations de plusieurs centaines de milliers de dollars», indique Donald Nolet.

Afin de se faire entendre, quelques dizaines de personnes ont manifesté, mercredi, devant les bureaux du ministère de l'Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS).