/regional/montreal/montreal

Bienvenue à la Station Anjou!

Lydia Labbé-Roy

Affiches, ambiance sonore, musiciens, distributrice de journaux, tout était en place mardi pour donner l'impression qu'une véritable station de métro était inaugurée au marché Les Halles d'Anjou, dans l'est de Montréal.

Plusieurs passants étaient étonnés de voir apparaître une entrée de station de métro à la porte du marché. Cette simulation d'inauguration de la station Anjou concluait les activités de mobilisation organisées par le Comité d'action pour le prolongement de la ligne bleue.

L'organisme avait lancé sa campagne le 22 janvier et espérait montrer à tout le monde que le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal était fortement attendu. «On est vraiment contents de la réponse positive qu'on a eue de tout le monde», a indiqué la directrice générale de la CDEC Saint-Léonard, Véronique Fenocchi.

Mme Fenocchi est certaine que le message a été entendu. «S'il n'a pas été entendu, c'est qu'ils ont décidé de ne pas l'entendre, a-t-elle dit. Mais il a été entendu puisqu'on a parlé à tous ceux à qui on devait parler, c'est-à-dire à la STM, à l'AMT, à la Ville de Montréal et aux élus provinciaux.»

Dans le cadre de la mobilisation, le Comité d'action pour le prolongement de la ligne bleue avait lancé une pétition afin de demander au gouvernement du Québec que le projet soit priorisé. Plus de 3000 personnes avaient apposé, mardi, leur signature sur les copies papier ou en ligne.

La pétition doit être déposée à l'Assemblée nationale au cours des deux prochaines semaines.

«Nous avons parlé aux différents élus de la région, et ils nous ont confirmé qu'elle serait déposée dans les deux premières semaines du mois de mars», a expliqué Mme Fenocchi.

La directrice du CDEC Saint-Léonard est consciente que ce n'est pas la première fois qu'on dit à la population que la ligne bleue est prioritaire. «On sait que ça fait longtemps qu'on parle de ce projet-là et que rien n'est fait, a-t-elle indiqué. On attend que les choses soient confirmées au mois de mars, mais, si on ne reçoit pas de nouvelles, on va recommencer la mobilisation.»