/regional/estduquebec/gaspesie

André Desjardins demande à Anima-Québec de le laisser mourir en paix

Stéphane Tremblay

L'homme aux deux cents chiens de Saint-Paul-de-la-Croix, André Desjardins, est en phase terminale. Celui qui fait les manchettes depuis 2007 pour plusieurs saisies de chiens demande à Anima-Québec de cesser toutes procédures judiciaires contre lui et sa famille.

André Desjardins est mourant, il est atteint d'un cancer généralisé. «Ma santé est finie. Ce sont des heures que je compte.» L'homme de 70 ans doit tout de même faire face à la justice relativement à des histoires de négligences envers les animaux. Même si son médecin confirme qu'il ne peut plus se déplacer, Anima-Québec, le talonne.

«J'ai toujours Anima-Québec sur le dos. Ils ne me lâchent pas. Ils vont venir me chercher dans ma tombe ou quoi?»

C'est que depuis les dernières saisies, les Desjardins n'ont plus le droit de se trouver en possession de plus de quinze animaux. «Depuis qu'Anima-Québec est entré dans ma vie y a pas moyen de vivre. Je ne suis plus capable de me garder des animaux, je voulais me garder un cochon pour manger pis je n'ai même pas le droit.»

Devant l'état de santé de son mari, c'est son épouse qui devra se présenter en cour et subir un procès. Elle doit comparaître mercredi si rien ne change. Un héritage dont elle se serait bien passée.

«Anima-Québec oui ça va être un dur héritage. Des fois je ne sais même plus quoi faire avec ça. Ils sont toujours sur notre dos, ça vient tannant», déplore Jacqueline Thibault, sa femme depuis 47 ans.

Amaigri et fortement médicamenté, André Desjardins peut compter sur l'appui de sa femme. En retour, il la laisse avec le problème d'Anima-Québec.

«Comme c'est là, aussi bien de dire que c'est ça qu'elle va avoir, ils embarquent sur elle vu qu'ils ne sont pas capables d'embarquer sur moi», lance M. Desjardins.

André Desjardins espère maintenant une chose mourir en paix, auprès des siens, dans sa famille.