/regional/montreal

Restaurateurs furieux

Stéphan Dussault

Après les manifs étudiantes et le lock-out de la LNH, l'ouverture de restos de rue est leur prochain mal de tête.

Adel Akkouche lève les bras au ciel, comme pour dire : «Pas encore une autre tuile!»

Depuis un an, le restaurateur du centre-ville en a eu justement plein les bras avec les manifs étudiantes et le lock-out de la LNH, qui ont fait ­baisser ses ventes «de 10 à 20 %».