/news/world

John Kerry promet de défendre le Japon

TVA Nouvelles

Le secrétaire d'État américain John Kerry a promis à Tokyo, dimanche que les États-Unis défendraient le Japon menacé du «feu nucléaire» nord-coréen, après s'être assuré de l'appui de Pékin pour travailler de concert à calmer la crise.

«Les États-Unis sont totalement déterminés à défendre le Japon», a prévenu M. Kerry aux côtés du ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida, avec qui il venait d'avoir un entretien.

Le chef de la diplomatie américaine a entamé à Tokyo la troisième et dernière étape de sa tournée en Asie où il a réaffirmé le plein soutien de Washington à son allié sud-coréen ainsi que Pékin.

Le régime nord-coréen a mis en garde le Japon contre le «feu nucléaire» vendredi, après que Tokyo eut déployé des batteries antimissiles pour détruire tout missile nord-coréen qui menacerait son territoire.


(Photo archives Agence France-Presse)

«Le Nord doit comprendre, et je pense qu'il l'a compris maintenant, que ses menaces ne feront qu'isoler et appauvrir davantage son peuple», a souligné M. Kerry, assurant que les États-Unis voulaient «retourner à la table (des négociations) et trouver une solution pacifique» à la crise.

«Nous sommes prêts à tendre la main, mais nous avons besoin de circonstances appropriées», a-t-il expliqué

Pékin essentiel

M. Kerry avait tiré la sonnette d'alarme samedi à Pékin, auprès du chef de l'État chinois, Xi Jinping. « L'heure est assurément critique, avec des défis très difficiles à surmonter, dont les problèmes dans la péninsule coréenne», a-t-il souligné.

Étant le seul allié et soutien économique de poids de la Corée du Nord, la Chine peut et doit user de son influence pour tordre le bras à Pyongyang avant qu'il ne commette l'irréparable, jugent les États-Unis.

Pékin s'est finalement engagé à collaborer pour apaiser les tensions et à «s'attaquer au problème nucléaire en Corée» avec d'autres pays, dont les États-Unis.

Tir de missile lundi

Le régime nord-coréen pourrait procéder à un tir de missile autour du 15 avril, date de naissance du fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-Sung, grand-père du dirigeant actuel, Kim Jong-Un.

Ce tir représenterait «une énorme erreur» du régime nord-coréen, a averti M. Kerry.

Dans la même catégorie