/finance/homepage

Le Qatar veut ravir un fleuron de la ville de Montréal

TVA Nouvelles

Agence QMI

 

Des jeux de coulisses s'amorcent pour tenter de garder le siège social de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à Montréal.

Les trois paliers de gouvernement ont cinq mois pour contrer un ennemi de taille: le Qatar, qui veut ravir ce prestigieux siège.

Le ministre fédéral responsable du Québec est venu encourager les entreprises de l'aérospatiale, tout en sachant qu'une menace plane au-dessus de l'industrie.

«Risque ou pas, on peut pas se permettre de rester assis, les bras croisés. Donc, on est actifs», a indiqué le ministre de l’Industrie, Christian Paradis.

Fort de ses pétrodollars, le Qatar a déposé une proposition formelle pour transférer le siège social sur son territoire en assumant la quasi-totalité des coûts. Plus de 500 diplomates et employés pourraient disparaître, en plus des nombreuses délégations étrangères. Montréal, Ottawa et Québec s'unissent pour préserver ce siège.

«On a toujours supporté l'OACI, a ajouté M. Paradis. On va continuer à le faire. C'est important que l'OACI demeure à Montréal.»

«Ce n'est pas la première fois que notre joyau est convoité, a indiqué le ministre québécois des Relations internationales, Jean-François Lisée. Singapour, par exemple, ces dernières années. Il y a eu d'autres cas avant. Et à chaque fois, depuis 1944, les gens de l'OACI ont dit: “On aime Montréal. On reste à Montréal.”»

Selon les accords en vigueur, l'organisation restera à Montréal jusqu'en 2016. Et des discussions sont en cours pour une prolongation jusqu'en 2036. Le Qatar voudrait un transfert dès 2016, alors que le Moyen-Orient est devenu une plaque tournante au niveau du transport aérien.

«Ils ont bâti au fil des ans une flotte énorme, a mentionné Philippe Cauchi, analyste pour Info-Aéro. Ils ont construit des aéroports gigantesques. Et maintenant, c'est un peu dans la logique. Comme ils s'achètent des Grands Prix, est-ce qu'ils achètent l'OACI?»

C'est l'automne prochain qu'on connaîtra le sort de l'OACI. Les quelque 200 membres voteront sur la proposition du Qatar lors de l'assemblée annuelle. Et pour que le déménagement se concrétise, 60 % des membres devront l'appuyer.

 

 

Dans la même catégorie