/regional/montreal/montreal

Un site web pour sensibiliser les jeunes aux ITSS

TVA Nouvelles

Le site web monprofilsexe.com a été lancé mardi matin au collège Édouard-Montpetit de Longueuil par la Direction de la santé publique (DSP) de la Montérégie. Ce site vise à sensibiliser les jeunes à l'importance d'adopter des comportements sexuels sécuritaires, alors que le nombre d'infections transmissibles sexuellement est en hausse fulgurante dans la région.

La campagne de sensibilisation a été lancée simultanément dans tous les cégeps de la Montérégie. «La hausse des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est généralisée sur le territoire et les deux tiers des ITSS déclarées ont touché des jeunes de 15 à 24 ans, a expliqué la directrice de la santé publique, Jocelyne Sauvé. Quand j'ai fait mon cours de médecine, on croyait que la syphilis était une maladie du passé; en 2012, il y a eu 95 cas en Montérégie.»

En 2010, la DSP a produit un rapport alarmant sur les ITSS. À la suite de ce rapport, des actions ont été entreprises auprès des groupes les plus à risques: les hommes homosexuels, les consommateurs de drogues par injection et les travailleuses du sexe.

Nous en sommes maintenant à la 3e phase, soit toucher les jeunes, le plus large groupe à risque», a expliqué Dre Sauvé. Selon elle, les causes de cette épidémie sont multiples: une éducation sexuelle incomplète, la peur moins grande du VIH depuis l'avènement de la trithérapie et la hausse de certains comportements plus à risque, comme les contacts anonymes sur internet.

Grâce à un court questionnaire, les jeunes qui consultent monprofilsexe.com peuvent rapidement savoir s'ils ont des comportements sexuels risqués et s'ils doivent passer un test de dépistage. Si tel est le cas, ils ont accès, d'un simple clic, à tous les centres de dépistage de la région, dont celui de la Clinique Santé d'Édouard-Montpetit.

«Ce sont surtout des jeunes femmes qui viennent pour le dépistage. Les étudiants en science de la santé sont souvent aussi mieux informés que les autres», a noté la responsable de la clinique, Dre Nathalie Delalay, qui réalise entre 5 et 10 tests de dépistage chaque semaine, notamment grâce à un questionnaire distribué à tous les patients de la clinique sans rendez-vous.

Selon Anthony Roy, étudiant membre de l'équipe santé du Collège, le site est très complet, malgré son ton humoristique. «On peut aller chercher rapidement l'information scientifique qui correspond à notre profil. Mon coup de cœur, c'est la chronique qui donne des trucs pour négocier le port du condom avec son partenaire. C'est très bien fait», a-t-il conclu.