/news/law

Namouh n'ira pas en appel

TVA Nouvelles

Contre toute attente, le «terroriste de Maskinongé», Saïd Namouh, laisse tomber les procédures d'appel de sa condamnation de prison à perpétuité.

Saïd Namouh a invoqué des raisons personnelles pour expliquer son geste. Il a rempli le formulaire de désistement de la cour d'appel et a avisé son avocat au cours des derniers jours.

Cette décision est des plus étonnantes puisque la cause devait être entendue ce mercredi. Selon son avocat Me René Duval, son client n'avait rien à perdre dans ce processus.

«Dans ce cas-ci, c'est un peu surprenant étant donné qu'ayant été condamné à perpétuité, il n'avait pas grand-chose à perdre, notamment sur l'appel à l'encontre de la sentence», croit-il.

Or, s'il laisse tomber les procédures en cour d'appel, le «terroriste de Maskinongé» compte toutefois poursuivre ses démarches afin de faire casser l'ordre d'extradition vers le Maroc dont il est l'objet.

L'accusé craint d'être torturé ou exécuté s'il retourne dans son pays d'origine, ce qui pourrait expliquer le fait qu'il ait cessé les procédures en cour d'appel. En effet, sa condamnation à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant dix ans, prononcée en 2010, lui assure de demeurer détenu au Canada encore quelques années et retarde ainsi son retour au Maroc.

Il avait tenté à deux reprises devant les autorités canadiennes et devant la cour fédérale de faire casser cet ordre d'expulsion.

Raid Namouh a été arrêté dans son appartement de Maskinongé en 2007 alors qu'il préparait un attentat à l'engin explosif visant l'Autriche, l'Allemagne et l'Afrique du Nord.

Il est présentement détenu au centre de détention de Sainte-Anne-des-Plaines.

En cour d'appel, il contestait la sentence ainsi que le verdict, évoquant que les preuves exposées sur l'accusation de complot étaient insuffisantes et non fondées.