/news/culture

Traduction de la lettre d'Angelina Jolie

TVA Nouvelles

L'actrice Angelina Jolie a fait parvenir une lettre au quotidien The New York Times dans laquelle elle explique les raison qui l'ont poussée à subir une double mastectomie préventive.

The Opinion Pages New York Times, mardi 14 mai 2013

Ma décision médicale

Par Angelina Jolie

LOS ANGELES

Ma mère a combattu le cancer pendant presque une décennie, elle est morte à l'âge de 56 ans. Elle a résisté assez longtemps pour pouvoir rencontrer le premier de ses petits-enfants et le prendre dans ses bras. Mais mes autres enfants n'auront jamais la chance de la connaître et réaliser à quel point elle était aimante et gracieuse.

On parle souvent de "la maman de maman», et je me retrouve à essayer d'expliquer la maladie qui l'a emmenée loin de nous. Ils demandent si la même chose pourrait m'arriver. Je leur dis toujours de ne pas s'inquiéter, mais la vérité est que je suis porteuse d'un gène "défectueux", BRCA1, qui augmente fortement le risque de développer un cancer du sein et le cancer des ovaires.

Mes médecins ont estimé à 87% le risque que j'aie un cancer du sein et à 50% pour le cancer des ovaires. Le risque diffère pour chaque femme.

Seule une fraction des cancers du sein sont le résultat d'une mutation génétique héréditaire. Celles qui ont un défaut du gène BRCA1 ont un risque de 65% de l'avoir, en moyenne.

Dès que j'ai su que c'était ma réalité, j'ai décidé d'être proactive et de minimiser les risques autant que je le pouvais. J'ai pris la décision de subir une double mastectomie préventive. J'ai commencé avec les seins, puisque mon risque de cancer du sein est plus élevé que le risque de cancer des ovaires et l'opération est plus complexe.

Le 27 avril, j'ai terminé les trois mois de procédures médicales que les mastectomies impliquent. Pendant ce temps, j'ai pu garder ces procédures privées et j'ai pu poursuivre mon travail.

J'ai décidé d'écrire sur ce sujet maintenant parce que j'espère que d'autres femmes pourront bénéficier de mon expérience. Le cancer est encore un mot qui fait peur aux gens et produit un profond sentiment d'impuissance. Il est aujourd'hui possible de découvrir à travers un test sanguin si vous êtes un cas à haut risque pour ensuite prendre des mesures.

Mon propre cheminement a commencé le 2 février avec une procédure appelée «nipple delay».

Elle fait en sorte d'écarter la maladie des canaux mammaires derrière le mamelon et d'attirer un flux sanguin supplémentaire dans la région. C'est une étape douloureuse qui provoque beaucoup d'ecchymoses, mais elle augmente les chances de sauver le mamelon.

Deux semaines plus tard, j'ai subi la chirurgie majeure, où le tissu mammaire est enlevé et des implants temporaires sont mis en place. L'opération peut prendre jusqu'à huit heures. Vous vous réveillez avec des tubes de drainage et des extenseurs dans les seins. On se sent comme une scène de film de science-fiction, mais quelques jours après la chirurgie, on peut retourner à une vie normale.

Neuf semaines plus tard, l'opération finale est complétée par la reconstruction des seins avec des implants. Il y a eu de nombreuses avancées dans cette procédure au cours des dernières années et le résultat peut être très beau.

Je voulais écrire ceci pour dire aux autres femmes que la décision de subir une mastectomie n'a pas été facile, mais je suis très heureuse de l'avoir fait. Mes chances de développer un cancer du sein ont chuté de 87% à moins de 5%. Je peux dire à mes enfants qu'ils n'ont pas à craindre de perdre leur mère d'un cancer du sein.

C'est rassurant de constater qu'ils ne peuvent rien voir qui pourraient les rendre mal à l'aise. Ils peuvent voir mes petites cicatrices et c'est tout. Tout le reste, c'est juste maman, la même que d'habitude. Ils savent que je les aime et que je ferais n'importe quoi pour être avec eux aussi longtemps que possible. Sur une note personnelle, je ne me sens pas moins féminine. Je me sens en plein pouvoir d'avoir pris une décision qui ne diminue en rien ma féminité.

J'ai la chance d'avoir un partenaire, Brad Pitt, qui est aimant et solidaire. Tous ceux qui ont une femme ou petite amie qui traverse la même chose, sachez que vous êtes une partie très importante de la transition. Brad était au «Pink Lotus Breast Center», où j'ai été soignée pendant chaque minute des chirurgies. Nous avons réussi à trouver des moments pour rire ensemble. Nous savions que c'était la bonne chose à faire pour notre famille et que ça nous rapprocherait. Ce fut le cas.

À toutes les femmes qui lisent ceci, j'espère que vous réaliserez que vous avez des options. Je veux encourager toutes les femmes, surtout si vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein ou des ovaires, d'aller chercher de l'information et l'avis d'experts médicaux qui peuvent vous aider dans cet aspect de votre vie et à faire un choix éclairé.

Je reconnais qu'il y a beaucoup de bons médecins holistiques qui offrent des alternatives à la chirurgie. Mon propre régime sera publié sur le site Web du «Pink Lotus Breast Center». J'espère qu'il sera utile à d'autres femmes.

Le cancer du sein tue à lui seul 458 000 personnes chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé, principalement dans les pays à faible et moyen revenu. Il faut que ça devienne une priorité afin que plus de femmes puissent accéder à un test génétique et le traitement préventif, quel que soit leurs moyens et d'où elles viennent. Le coût des tests pour BRCA1 et BRCA2 est de plus de 3000 $ aux États-Unis et reste un obstacle pour beaucoup de femmes.

Je choisis de ne pas garder mon histoire privée, car il y a beaucoup de femmes qui ne savent pas qu'elles vivent peut-être dans l'ombre d'un cancer. Je souhaite qu'elles aussi puissent faire le test du gène et que si elles ont un risque élevé, elles sachent qu'elles ont de bonnes options.
La vie vient avec de nombreux défis. Ceux qui ne nous font pas peur sont ceux que l'on peut surmonter et contrôler.

Angelina Jolie est actrice et réalisatrice.

Dans la même catégorie